Damien Castelain et Bruno Cassette. Illustration Jean-Paul Van der Elst

Métropole de Lille : l’ancien DGS Bruno Cassette nommé sous-préfet à Aix-en-Provence

L'ancien bras droit du président de la Métropole européenne de Lille (MEL), Bruno Cassette, a été nommé sous-préfet d’Aix-en-Provence (classe fonctionnelle II) par décret du président de la République en date du 5 janvier 2021. L'ancien directeur général des services (DGS) de la MEL retrouve là son corps d'appartenance. Il avait en effet été nommé sous-préfet hors-cadre juste avant son arrivée à Lille et après un passage à la préfecture de Lot-et-Garonne, dont il avait assumé le secrétariat général.

Proche parmi les proches du président Damien Castelain, Bruno Cassette avait quitté brutalement la tête de l'administration de la MEL le 23 octobre dernier à l'occasion des vacances de la Toussaint. Le départ de cette personnalité à poigne était réclamé par de nombreux élus, parmi lesquels des vice-présidents de la collectivité qui lui reprochait un rôle politique trop important. Bruno Cassette a aussi été affaibli par ses soucis judiciaires. En juillet 2019, il avait été placé en garde à vue aux côtés du président Castelain dans le cadre d'une enquête préliminaire pour détournements de fonds publics ouverte suite à nos révélations.

Par communiqué en date du 4 décembre, Damien Castelain avait annoncé le nom de son successeur au poste stratégique de patron de l'administration de la MEL en la personne de Marc Pons de Vincent, ancien DGS de la ville de Reims et de la Communauté urbaine du Grand Reims. Ce dernier a pris ses fonctions début janvier.

Jacques Trentesaux

Précédemment dans l'Oeil

Ponctualité : les TGV du nord, mauvais élèves; les TER, cancres absolus

Que ce soit en termes de retards ou d'annulations de trains, les performances des TGV de l'axe Nord sont parmi les plus mauvaises du pays. Quant aux TER des Hauts-de-France, ils figurent au dernier rang de toutes les région françaises.

Hauts-de-France : Un projet de RER à très petite vitesse

La Région a lancé les premières phases d’études pour la mise en place de son « service express métropolitain », qui permettra de doubler la fréquence des TER, notamment entre Lille et le bassin minier. Un vaste chantier qui traîne depuis dix ans et qui devrait être finalisé d’ici… 2040.