Yahia Gouasmi est le dirigeant du Centre Zahra de Grande-Synthe, fermé pour six mois le 15 octobre par arrêté préfectoral car soupçonné de dérives radicales. Photo : DR

Centre Zahra de Grande-Synthe : une relaxe qui ne passe pas

A rebours des réquisitions du parquet, le tribunal judiciaire de Dunkerque a prononcé la relaxe des responsables du Centre Zahra France de Grande-Synthe, le 27 janvier dernier. Yahia Gouasmi, dont Mediacités avait dressé le portrait en octobre 2018, son fils aîné Bachir et ses deux gendres, Jamal Tahiri et Abdelkrim Khalid, étaient accusés « d’avoir, entre le 21 mars 2019 et le 15 septembre 2020, à Grande-Synthe, (…) participé au maintien ou à la reconstitution, ouverte ou déguisée, d’une association ou d’un groupement dissous ».

Ces quatre hommes dirigeaient le Centre Zahra France, la Fédération Chiite de France, le Parti Antisioniste et Marianne France Télé. Soit quatre organisations dissoutes par le conseil des ministres du 20 mars 2019 en raison du soutien apporté à l’islamisme radical et à des mouvements terroristes. Les forces de l’ordre avaient ensuite poursuivi les filatures avant d’effectuer une nouvelle perquisition, le 15 septembre dernier, car elles soupçonnaient le Centre Zahra de poursuivre ses activités sous couvert de réunions familiales.
Bénéfice du doute
D’après le préfet du nord, qui avait saisi le procureur de la République de Dunkerque, « ces associations constituaient des vecteurs de diffusion d’une idéologie appelant à la haine et à la discrimination et faisant l’apologie du terrorisme », lit-on dans le jugement. La justice ne l’a pas considéré ainsi et a accordé le bénéfice du doute aux prévenus. Ceux-ci ont assuré que les réunions qu’ils organisaient depuis les dissolutions étaient d’ordre familial – la famille se composant « d’une . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Morgan Railane, Aletheia Press
Je vis près de Calais, d'où je dirige une agence de presse, Aletheia Press, qui compte une dizaine de journalistes en France. Après quelques années d'actualités et d'informations économiques, je me consacre actuellement à des formats plus longs et de l'investigation. Je suis également l’auteur (avec mon confrère Thierry Butzbach) du premier livre-enquête sur la dentelle de Calais, Qui veut tuer la dentelle de Calais?, 2010, Les Lumières de Lille.

Précédemment dans l'Oeil

La fille de Bernard Arnault récompensée par l’Edhec… À quel prix ?

Delphine Arnault, fille du PDG de LVMH, a reçu début juin le prix Edhec de l’année, comme l’a remarqué Le Canard enchaîné. Un an plus tôt, le groupe de Bernard Arnault avait cédé gratuitement à l’école de commerce 2 500 m2 de locaux à Roubaix…

Le nord de la France, champion de l’utilisation de pesticides

Une carte publiée par l’association Solagro, spécialisée dans l’accompagnement des agriculteurs, met en avant l’utilisation massive de produits phytosanitaires dans le nord de la France. En cause : les cultures privilégiées et le peu d’agriculture biologique sur notre territoire.