La cité administrative de LIlle va déménager à Lille Sud. Photo: DR

Nouvelle Cité administrative de Lille : le « oui, mais » des experts

Le dossier permet d’espérer un « projet sérieux et bien construit »… mais il manque des évaluations et des précisions importantes. Telles sont, en substance, les conclusions de l’avis officiel rendu le 2 décembre dernier par les experts du Secrétariat général pour l’investissement (SGPI) au sujet de la future Cité administrative de Lille, auquel Mediacités a eu accès. Un chantier urbain phare pour l’Etat comme pour la ville, annoncé en 2019 par le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, et censé aboutir en 2023.

Tous les Lillois connaissent le gigantesque bâtiment qui se dresse sur plus de vingt étages à quelques pas de la gare Lille Flandres, face au Grand Palais. La Cité administrative regroupe 27 500 m² de bureaux où travaillent plus d’un millier de fonctionnaires (services des impôts, du cadastre, etc.). Construite en deux tranches dans les  années 1950 et 1960, elle a besoin de travaux de rénovation si importants que l’État juge impossible de les réaliser sur un site occupé. D’où le choix de construire une Cité administrative flambant neuve qui regrouperait de nouveaux services (la Dreal, le Cerema, le Rectorat) et 1 925 postes de travail, dans le secteur de la Porte des Postes.  

Défini comme « déclassé » et « entouré de quartiers défavorisés », le quartier de la Porte des Postes est idéalement desservi par deux lignes de métro. La ville de Lille a . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Recours contre l’élection de Martine Aubry : les voyants sont au vert pour la maire de Lille

Le tribunal administratif a examiné jeudi les requêtes déposées contre le résultat de la dernière élection municipale à Lille. Dans son avis, le rapporteur public plaide en faveur de la gagnante de juin. Tout comme les décisions de la Commission nationale des comptes de campagne.

Le Luxembourg, l’autre paradis fiscal préféré des Mulliez

Une partie de la famille propriétaire d’Auchan, Decathlon et autre Norauto a choisi de résider en Belgique pour échapper à l’impôt en France. Mais c’est tout le clan qui bénéficie des montages et des investissements réalisés au Luxembourg où ses membres détiennent pas moins de 74 sociétés, révèle Le Monde à l’occasion de son enquête OpenLux