Où en est le clofoctol, le médicament potentiel contre la Covid repéré par l’Institut Pasteur de Lille ?

DRUG DISCOVERY CENTER_20200324_LABO_WEB_©B Grossmann-19(1)(1)
Manipulation dans un des laboratoires de recherche de l’Institut Pasteur de Lille. Photo : Institut Pasteur de Lille / Barbara Grossmann

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Bertrand Verfaillie

Les chercheurs de l’organisme lillois pourraient très bientôt commencer les essais cliniques sur le Clofoctol, un antibiotique ayant démontré in vitro une efficacité contre la Covid. Nanti du label « priorité nationale de recherche », il va bénéficier d’une procédure d’évaluation accélérée, dernier obstacle pour débuter les tests.

Ça y est : le travail de l'Institut Pasteur de Lille (IPL) sur le clofoctol, un antibiotique repéré comme remède potentiel pour la covid, est admis dans le cercle restreint des « priorités nationales de recherche ». Après un premier refus essuyé en février, le précieux label a été obtenu le 7 avril. Cela permet à l'Institut de bénéficier d'une procédure d'évaluation accélérée : l'Agence nationale de sécurité du médicament et le comité de protection des personnes (instance éthique) doivent rendre un avis sur son projet d'essai clinique dans un délai d'une semaine. Si les experts n'ont pas d'objections, le clofoctol entrera en phase de test sur la covid « fin avril ou début mai », indique Xavier Nassif, le directeur général de l'IPL, joint par Mediacités.

Le clofoctol a été longtemps utilisé sous forme de suppositoire pour soigner des infections respiratoires. En 2005, il a été jugé d'un intérêt médical limité et retiré du marché. Il faisait partie des 1 800 molécules de la chimiothèque de l’IPL qui ont été passées au crible, dans le cadre du projet Thérapide, afin de voir si l’une d’entre elles ne serait pas performante contre le virus qui a envahi le monde en 2020. De fait, les essais réalis . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment