Présentation de la liste "Se battre pour vous" dans le Nord. Twitter : @xavierbertrand

Régionales : Xavier Bertrand attire les marcheurs comme un aimant

Xavier Bertrand ne cesse de le répéter : « Non, il n’y aura pas d’accord » avec La République en Marche (LREM) lors des élections régionales dans les Hauts-de-France, où il est candidat à sa propre succession. Pas d’accord d’appareil, du moins. Car concernant les ralliements individuels, ce n’est pas le même son de cloche. En épluchant la liste officielle menée par l’actuel président de Région, Mediacités a remarqué qu’au moins 20 candidats, réunis sous la bannière diverse droite « Se battre pour vous ! », ont soutenu ou été soutenus par le parti présidentiel lors de précédents scrutins.

Certains d’entre eux avaient même affiché publiquement leur soutien à Violette Spillebout, candidate aux élections municipales lilloises 2020, investie par LREM. Frédéric Motte, ancien président du MEDEF Hauts-de-France, et Laurent Rigaud, président de la Chambre des métiers et de l’artisanat régionale, ont par exemple accompagné la cheffe de file de « Faire respirer Lille » lors de plusieurs événements de campagne. Un an plus tard, Frédéric Motte est cette fois candidat aux côtés de Xavier Bertrand pour les élections régionales. Il figure en onzième position sur la liste du Nord, conduite par... Laurent Rigaud.

Ce dernier semble d’ailleurs avoir fait une croix sur son aventure auprès des marcheurs lillois. Son compte Twitter n’affiche plus aucun des messages postés entre le 2 mars 2019 et le 1er octobre 2020, dix-sept mois durant lesquels s’est notamment déroulée la campagne pour les élections municipales. Un mutisme qui interroge quand on sait que le boucher de Wambrechies est un adepte de la communication sur les réseaux sociaux depuis plusieurs années. Sollicité par Mediacités, Laurent Rigaud n’a pas pu nous apporter davantage de précisions sur son expérience macroniste, à cause d’un « emploi du temps très chargé », dixit sa directrice de campagne.

Frédéric Lefebvre, président de la section nordiste du MoDem, avait lui aussi assuré Violette Spillebout de son plein soutien lors des élections municipales. On le retrouve aujourd’hui en 31ème position sur la liste « Se battre pour vous ! » dans le Nord. Pourtant, consigne a été donnée aux adhérents des Hauts-de-France par les instances nationales du parti centriste de soutenir la liste LREM, menée par Laurent Pietraszewski. Ce qui n’a pas empêché l’apparition de quelques transfuges.

Mélange des genres

Du rififi au MoDem dans le Nord ? Plutôt une mauvaise passe, si l’on en croit Vanessa Duhamel, coordinatrice du parti à Lille. Cette dernière, qui fut élue l’an passé conseillère municipale dans la capitale des Flandres aux côtés de Violette Spillebout, figure en huitième position dans le Nord sur la liste régionale de LREM. Elle assure cependant ne pas blâmer ses camarades qui ont préféré s’allier à la droite. « Au MoDem, nous sommes fidèles. Mes amis ont décidé d’être fidèles humainement à Xavier Bertrand parce qu’ils ont déjà travaillé ensemble. Moi, je le suis politiquement parce que je respecte la ligne que François Bayrou a tracée avec Emmanuel Macron. »

Des sanctions sont-elles envisagées pour ceux qui n’auront pas suivi les consignes ? « Je ne sais pas encore, concède Vanessa Duhamel. Nous aurons un conseil national avec François Bayrou d’ici dix jours ; il s’exprimera probablement sur le sujet à cette occasion. »

Hormis ces ex-soutiens marcheurs, on retrouve également aux côtés de Xavier Bertrand un certain nombre d’anciens candidats qui figuraient par le passé sur des listes soutenues par LREM. Neuf colistiers de l’ancien ministre ont décroché l’année passée le soutien officiel du parti présidentiel pour être en tête de liste lors des élections municipales ; sept autres figuraient sur ces listes en position éligible.

Ce fut notamment le cas de Guillaume Delbar, réélu à Roubaix (en 13ème position sur la liste de Xavier Bertrand dans le Nord), de Daniel Leca, battu à Compiègne (en 4ème position dans l’Oise), de Natacha Bouchart, reconduite à Calais, et de Brigitte Fourré, également réélue à Amiens. Ces deux dernières mènent d’ailleurs la liste « Se battre pour vous ! » au niveau départemental, respectivement dans le Pas-de-Calais et l’Oise. Quatre ex-prétendants à la fonction d’édile qui sont par ailleurs vice-présidents du conseil régional des Hauts-de-France depuis 2014, ce qui ne semble absolument pas gêner leur président. Celui-ci leur renouvelle sa confiance en les plaçant en bonne position pour ce scrutin régional.

Un mélange des genres qui rajoute de la complexité - s’il en fallait - à la prochaine échéance électorale, fin juin. La présence d’anciens soutiens de LREM aux côtés de Xavier Bertrand peut cependant apparaître comme une lueur d’espoir pour les marcheurs, certains voyant en ces transfuges un moyen de tisser des liens avec le président sortant afin de conclure un accord d’entre-deux tours, que ce dernier refuse pour l’instant toujours catégoriquement.

Avatar de Hugo Palacin
Journaliste en formation au sein de l’Académie de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille, je suis de près l'actualité politique de la métropole lilloise depuis 2018. Après avoir couvert les élections municipales lilloises pour un média étudiant local, ma collaboration avec Mediacités a débuté en septembre 2020. Attaché à l’indépendance des médias, j’espère apporter humblement ma pierre à l’édifice au sein de Mediacités afin de vous proposer une information locale d’utilité publique.

Précédemment dans l'Oeil

Vice-présidence des Hauts-de-France : les 15 lieutenants de Xavier Bertrand

Réélu président de la région Hauts-de-France pour un second mandat le 2 juillet, Xavier Bertrand a présenté son équipe resserrée dans la foulée. Premier constat : une très grande continuité prime. Neuf des quinze vice-présidents étaient déjà présents - avec quasiment les mêmes délégations - lors du mandat précédent. Autre constat fort : huit d’entre […]

Salle de consommation à moindre risque : piquée au vif, Martine Aubry se tourne vers le Premier ministre

Tout était jusqu'alors sur les rails pour la future salle de consommation à moindre risque lilloise, qui devrait voir le jour sur le boulevard de Metz d’ici le 1er octobre. Mais une intervention du ministre de l’Intérieur est venue chambouler les plans de la municipalité. L’avenir du dossier dépend à présent du Premier ministre.