Le Furet du Nord en grève « pour la première fois de son histoire »

Furet du Nord-greve-libraire precaire

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Matthieu Slisse

Samedi, plusieurs dizaines de salariés des librairies Furet du Nord à Lille, Englos et Villeneuve-d’Ascq étaient en grève pour demander des revalorisations salariales. Une première pour l'institution lilloise, créée dans l’entre-deux-guerres.

«Libraires en galère, on n’a pas fini de braire », « les fureteurs sont furax », « de trop bas salaire, les raisons de la colère » : voici quelques-uns des slogans choisis par les libraires grévistes du Furet du Nord samedi 29 octobre à Lille, Englos et Villeneuve-d’Ascq. Une cinquantaine de salariés - sur les 150 titulaires qu'emploient les trois sites - ont fait part de leur mécontentement face à une trop faible évolution des salaires selon eux.

« Ce débrayage soudain, sans que les représentants du personnel n’aient été avertis, a surpris tout le monde », confie Jean-François Callens, responsable communication du groupe - il est l'un des enfants de Paul et Line Callens, qui ont repris l'enseigne en 1950 et l'ont installée sur la Grand-Place. Il s’agirait même selon lui de la « première grève de l’histoire du Furet », créé dans l’entre-deux-guerres. Prise au dépourvu, la direction a convoqué un comité social et économique (CSE) exceptionnel ce lundi 31 octobre afin de parvenir à un accord avec les grévistes.

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

A l’occasion de la journée de la presse indépendante, profitez de ce week-end portes ouvertes pour lire cet article et tous les autres :

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.