Le Furet du Nord en grève « pour la première fois de son histoire »

Furet du Nord-greve-libraire precaire

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 2 minutes

Favorite

Par Matthieu Slisse

Samedi, plusieurs dizaines de salariés des librairies Furet du Nord à Lille, Englos et Villeneuve-d’Ascq étaient en grève pour demander des revalorisations salariales. Une première pour l'institution lilloise, créée dans l’entre-deux-guerres.

« Libraires en galère, on n’a pas fini de braire », « les fureteurs sont furax », « de trop bas salaire, les raisons de la colère » : voici quelques‐uns des slogans choisis par les libraires grévistes du Furet du Nord samedi 29 octobre à Lille, Englos et Villeneuve‑d’Ascq. Une cinquantaine de salariés – sur les 150 titulaires qu’emploient les trois sites – ont fait part de leur mécontentement face à une trop faible évolution des salaires selon eux.

« Ce débrayage soudain, sans que les représentants du personnel n’aient été avertis, a surpris tout le monde », confie Jean‐François Callens, responsable communication du groupe – il est l’un des enfants de Paul et Line Callens, qui ont repris l’enseigne en 1950 et l’ont installée sur la Grand‐Place. Il s’agirait même selon lui de la « première grève de l’histoire du Furet », créé dans l’entre-deux-guerres. Prise au dépourvu, la direction a convoqué un comité social et économique (CSE) exceptionnel ce lundi 31 octobre afin de parvenir à un accord avec les grévistes.

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement