Bruno Bernard et Grégory Doucet, respectivement futur président du Grand Lyon et futur maire de Lyon. Photo : NB/Mediacités.

Baume, Vessiller, Chihi… Les écologistes précisent leurs exécutifs

Les urnes ont parlé. Voici venu le temps de la composition des nouveaux exécutifs. Alors qu’il deviendra président du Grand Lyon, ce jeudi, lors de la séance d’installation du nouveau conseil métropolitain - EELV et leurs alliés disposeront de 84 sièges sur 150, soit la majorité absolue - Bruno Bernard a commencé à dévoiler quelques noms dans Le Progrès.

Emeline Baume, conseillère municipale de Lyon et conseillère métropolitaine du mandat qui s’achève deviendra sa première vice-présidente, chargée de l’économie. Dans les rangs écolos, beaucoup l’avaient pressée de se porter candidate à la présidence du Grand Lyon avant que ne débute la campagne électorale. Bruno Bernard lui-même ! « Fin août 2019, Bruno m’a demandé trois fois si je ne voulais pas y aller », confiait-elle à Mediacités, avant le second tour. « Pour moi, c’était non, car 2014 avait été très violent, j’en suis ressortie meurtrie. Je ne voulais plus être exposée », nous expliquait l’élue de 43 ans, qui s’était présentée en binôme (avec Etienne Tête) aux précédentes élections municipales.

Détail notable : Emeline Baume ne siègera plus au conseil municipal de Lyon. Entre les deux tours, son nom avait disparu de la liste du 1er arrondissement « pour faire de la place aux partenaires [notamment aux colistiers de Lyon en commun, l’équipe de Nathalie Perrin-Gilbert] ». « Cela me va très bien, assurait-elle alors, car, en cas de victoire, je serai dans l’exécutif de Bruno Bernard. » C’est confirmé.

Gros lot de consolation

La place de deuxième vice-présidente échoit à Béatrice Vessiller. Celle qui s’occupait de la rénovation thermique dans le précédent mandat sera chargée de l’urbanisme. Un poste hautement stratégique [lire notre enquête : « Bâtir 6000 logements sociaux par an dans le Grand Lyon : la promesse des écolos et de la gauche est-elle réaliste ? »]. Et un gros lot de consolation pour celle qui a rêvé, un temps, devenir maire de Villeurbanne, avant de se ranger derrière le socialiste Cédric Van Styvendael, élu dimanche avec plus de 70% des voix. Sa mission à la Métropole devrait la tenir relativement éloignée des affaires de la commune, EELV ayant érigé en principe le non cumul des postes exécutifs (en clair, ne pas être adjoint au maire d’un côté et vice-président du Grand Lyon de l'autre).

vessiller
Béatrice Vessiller, lors du meeting d'EELV le 28 janvier 2020. / © MP

Par ailleurs, Bruno Bernard confirme que le directeur de Sciences Po Lyon Renaud Payre, chef de file de la Gauche unie, sera également vice-président, sans préciser son rang et ses attributions. L’occasion de (re)lire le portrait que nous lui avions consacré il y a quelques semaines.

Côté ville de Lyon, l’écologiste Mohamed Chihi deviendra l’adjoint de Grégory Doucet chargé de la sécurité, selon Rue89Lyon. Professeur d’économie et de gestion en lycée technologique, il remplacera Jean-Yves Sécheresse, un des derniers fidèles de Gérard Collomb. Comme lui, il est élu du 7e arrondissement. Toujours d'après nos confrères, le futur maire de Lyon confiera à Chloé Vidal, élue dans le 4e arrondissement, le poste d'adjointe chargée de la démocratie participative. 

Une numéro 2 aux finances

Pour rappel, avant le second tour, Grégory Doucet avait annoncé qu’il confierait le poste de premier adjointe à Audrey Hénocque, également élue du 7e arrondissement, et qui fut directrice chargée de l’apprentissage pendant un peu plus de deux ans à la région Auvergne-Rhône-Alpes. À l’hôtel de ville, elle s’occupera des finances et de la commande publique.

Celle qui a rencontré le nouveau maire de Lyon via des amis communs et a décidé de s’engager auprès d’EELV au moment des élections européennes de l’an dernier a gagné ses galons de numéro 2 pendant le confinement. « Grégory m’avait demandé d’animer un groupe sur les finances, par visio », raconte-t-elle, en vue de préparer le premier budget. Audrey Hénocque avait alors épluché le compte administratif de la ville et le dernier rapport de la Chambre régionale des comptes sur la collectivité.

IMG-5326
Grégory Doucet et Audrey Hénocque. Photo : NB/Mediacités.

Sylvain Godinot, tête de liste dans le 1er arrondissement, deviendra lui adjoint à la transition énergétique. Pas très étonnant pour ce directeur de l’Agence locale de l’énergie et du climat (association issue de la loi de transition énergétique de 2015, qui accompagnent entre autres les propriétaires de logements privés dans la rénovation de leurs bâtiments). Mediacités l’avait interviewé en 2018, avec cette casquette-là, pour une enquête sur l’action du Grand Lyon en matière de transition énergétique [(re)lire notre article : « À Lyon, la transition énergétique à petite vitesse ».] Il se désespérait de la lenteur du développement des énergies renouvelables dans le territoire.

Enfin, Nathalie Perrin-Gilbert, la maire sortante du premier arrondissement, sera adjointe à la culture. Elle devrait être en première ligne dès le début du mandat de Grégory Doucet, avec la gestion du fonds d’urgence de 4 millions d’euros, annoncé par le vainqueur pour soutenir le secteur culturel après la crise sanitaire.

Nicolas Barriquand

Précédemment dans l'Oeil

Lyon Saint-Exupéry : malgré une année 2020 catastrophique, Vinci réclame des millions d’euros de dividendes à l’aéroport

Alors que l’exploitant de « Saint-Ex’ », filiale du groupe de BTP, a enregistré l’an passé plus de 20 millions d’euros de déficit, la maison-mère souhaite encore puiser dans la trésorerie au profit des actionnaires.

Auvergne-Rhône-Alpes : la nouvelle équipe Wauquiez ou la prime aux cumulards

Reconduit à la tête de la région, Laurent Wauquiez a dévoilé, le 2 juillet, les noms de ses 15 nouveaux vice-présidents.