[EN CARTES] Municipales à Lyon : vague verte, abstention, comment a voté votre quartier ?

On ne vote pas forcément de la même manière à quelques pâtés de maison d’écart. A l’échelle de la ville de Lyon, les listes écologistes de Grégory Doucet et de ses alliés de gauche ont recueilli 52,4% des suffrages, loin devant la liste d’union de Yann Cucherat (30,8%), qui a perdu son investiture LREM après son alliance avec Etienne Blanc (LR) et celle de Georges Képénékian (16,8%). Mais ce score global cache de fortes disparités locales, comme le montre la carte des résultats par bureau de vote, compilée par Mediacités.

 

Bastions de droite et poches de résistance macroniste

Sans surprise, le vert domine largement. Deux tâches bleues matérialisent l’implantation de la droite dans les 2e et 6e arrondissements, où Pierre Oliver et Pascal Blache (LR) parviennent à capter cet électorat aisé. Dans le deuxième arrondissement, la gare de Perrache fait toutefois office de frontière physique et politique : au sud, notamment à la Confluence qui a connu un fort renouvellement de sa population ces dernières années, le vote écologiste est majoritaire. Dans le reste de la Presqu'île, au nord, la droite domine, notamment dans le très conservateur quartier d’Ainay où elle atteint parfois les 70% des voix.  

Le 5e arrondissement de Lyon fait aussi figure d’exception. Bien que conquis par la tête de liste EELV Nadine Georgel, il apparaît comme le territoire resté le plus fidèle à Gérard Collomb et à ses candidats, essentiellement sur les hauteur de l’arrondissement, dans le secteur du Point du Jour. Un maigre lot de consolation pour le maire de Lyon, qui y réside. Quelques « poches » de résistants au vote écologiste au profit de Yann Cucherat sont aussi visibles dans certains quartiers prioritaires de Lyon. C’est le cas à Mermoz ou Parilly (8e arrondissement) ou à La Duchère (9e). Des particularités qui s’expliquent par la bonne implantation des partisans de Gérard Collomb sur ces territoires, mais aussi par une abstention massive qui rend acrobatique toute interprétation politique.

Plus de 80% d'abstention dans certains quartiers

Car c’est bien l’autre fait marquant du scrutin : comme le reste de la France, les municipales lyonnaises ont été marquées par une abstention massive aux alentours de 62%, soit plus que la moyenne nationale, à 58,6%. Un chiffre qui grimpe très rapidement dans certains secteurs : dans les quartiers de Moulin-à-Vent,  des Etats-Unis ou de La Duchère, l’abstention dépasse les 80% dans quelques bureaux de vote. Dans le 8e arrondissement, Sonia Zdorovtzoff (EELV) est ainsi élue avec plus de 70% d’abstention, le taux le plus élevé des neuf arrondissements.

 

A l’inverse, quelques bureaux de votes enregistrent une participation supérieure à 50%, notamment dans le 4e arrondissement, sur le plateau de la Croix-Rousse, ou dans le quartier d’Ainay, où le bureau n°201 fait figure de bon élève avec une abstention à « seulement » 46,5%. 

Mathieu Périsse

Précédemment dans l'Oeil

Lyon Saint-Exupéry : malgré une année 2020 catastrophique, Vinci réclame des millions d’euros de dividendes à l’aéroport

Alors que l’exploitant de « Saint-Ex’ », filiale du groupe de BTP, a enregistré l’an passé plus de 20 millions d’euros de déficit, la maison-mère souhaite encore puiser dans la trésorerie au profit des actionnaires.

Auvergne-Rhône-Alpes : la nouvelle équipe Wauquiez ou la prime aux cumulards

Reconduit à la tête de la région, Laurent Wauquiez a dévoilé, le 2 juillet, les noms de ses 15 nouveaux vice-présidents.