Lancement de "l'appel" régional des écologistes. A gauche, Bruno Bernard, président du Grand Lyon. Photo : NB/Mediacités.

Régionales 2021 : en Auvergne-Rhône-Alpes, les écologistes ouvrent les hostilités contre Laurent Wauquiez

D’une élection à l’autre… Les municipales et métropolitaines s’étant soldées au début de l’été, place désormais aux régionales ! Ce jeudi 27 août, les écologistes ont ouvert la bataille d’Auvergne-Rhône-Alpes en lançant leur « appel » lors d’une conférence de presse organisée à Lyon, en présence de Bruno Bernard, président EELV de la Métropole. Objectif : rééditer la formule gagnante du scrutin municipal en ouvrant les portes et les fenêtres du parti.

Concrètement ? Sur le modèle de l’appel « Changer Lyon » qui a fait émerger les candidatures de Grégory Doucet et de Bruno Bernard, tout citoyen peut parapher le texte « Pour une région Auvergne Rhône-Alpes résiliente et solidaire ! » mis en ligne par EELV et ses partenaires (Génération.s, Génération Ecologie, Cap21…). Les signataires voteront, le 26 septembre prochain, pour désigner le binôme femme-homme qui conduira les écologistes dans ce scrutin. Dans la foulée, les instances nationales d’EELV trancheront entre les deux candidats, pour aligner autant d’hommes que de femmes au niveau national. « Pour notre région, la volonté est forte pour que ce soit une femme », précise Bruno Bernard. Une façon de corriger le tir alors que les écologistes avaient échoué à présenter un duo paritaire pour la ville de Lyon et le Grand Lyon.

Revoilà Philippe Meirieu

L’appel régional plaide pour « une mobilité décarbonée », l’autonomie alimentaire ou encore, sans surprise, la préservation de l’environnement. Il égratigne au passage le sortant Laurent Wauquiez (LR) qui, selon les écologistes, « aggrave les effets du changement climatique et les inégalités ». « Les subventions pour des canons à neige, le projet passéiste du doublement de la RN88 en Haute-Loire… », liste devant la presse Anne Babian-Lhermet, élue EELV d’une commune de l’Allier.

Parmi « les 100 premiers signataires », une flopée de nouveaux élus lyonnais (le maire Grégory Doucet, celle du 7e arrondissement Fanny Dubot, les conseillers métropolitains Emeline Baume, Thomas Dossus, Hugo Dalby ou Jean-Charles Kohlhaas, par ailleurs conseiller régional sortant), mais aussi le géographe Michel Lussault qui, après avoir frayé dans les courants socialistes rejoint les rives écologistes, ou le pédagogue Philippe Meirieu, candidat des Verts aux élections régionales de 2010 en Rhône-Alpes puis vice-président du socialiste Jean-Jack Queyranne.

IMG_3727
Le siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes, à Lyon. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Un an avant 2022

Déloger Laurent Wauquez de l’hôtel de région de la Confluence un an avant l’élection présidentielle de 2022 ? La perspective fait saliver les écologistes. « Les élections municipales ont amplifié notre crédibilité à gouverner. Les régionales s’inscrivent dans cette dynamique », martèle Bruno Bernard, qui précise qu’il ne sera pas candidat sur une liste régionale et élude la question des alliances (avec le Parti socialiste ou la France insoumise) : « Trop tôt pour en parler ».

Pour EELV, le scrutin de 2021 relève du défi, celui de conquérir l’électorat hors des métropoles. Les européennes puis les municipales ont été favorables aux Verts avant tout dans les grandes villes, avec des victoires, dans la région, à Lyon, Grenoble ou Annecy. « Dans certains territoires ruraux, comme la Drôme et l’Ardèche, nous sommes plus implantés que dans d’autres », nuance le président du Grand Lyon. Tout sauf un hasard : pour lancer leur campagne, les écologistes avait convié autour de la table Bertrand Gonin - « pas encarté, mais sympathisant EELV », précise-t-il -, élu en juin dernier maire d’Eveux, commune du Rhône de 1200 habitants. Après les Verts des villes, place aux Verts des champs ?

Nicolas Barriquand

Précédemment dans l'Oeil

Régie publique de l’eau : les salariés de Veolia mettent la pression sur la Métropole de Lyon

Dans un an et demi, le Grand Lyon gérera, via une régie publique, l'eau potable de son territoire, en lieu et place de l'actuel délégataire Veolia. Ce vendredi, les salariés de la filiale du groupe seront en grève pour demander des garanties à la Métropole sur la transposition de leurs acquis sociaux dans la future entité.  

Régionales en Auvergne-Rhône-Alpes : une candidate du RN relaie des messages antisémites

Mediapart a découvert que Juliette Planche, en position éligible sur la liste d’Andréa Kotarac, a posté pendant des mois des messages antisémites et complotistes, sans que le profil de cette royaliste n’alerte personne, jusque-là, au RN.