Le président de la Métropole de Lyon pointé du doigt après la nomination de son oncle à la tête d’un office HLM

C’est un lien familial qui était passé inaperçu. En juillet dernier, François Thévenieau a été nommé président de l’office HLM Grand Lyon Habitat, l’un des plus importants de l’agglomération avec près de 26 000 logements. Problème, l’homme n’est autre que l’oncle maternel de Bruno Bernard, le nouveau président (EELV) de la Métropole de Lyon, comme l’a révélé Le Progrès ce dimanche.

Âgé de 71 ans, François Thévenieau préside depuis 2011 l’association Alynéa, qui gère le Samu social du Rhône. Il a été élu conseiller métropolitain en juin dernier sous l’étiquette EELV.

Sa désignation à la tête de l’office HLM n’a pas été faite directement par Bruno Bernard mais a été votée lors du premier conseil métropolitain en juillet dernier. Pour toute rémunération, François Thévenieau touchera 73 euros par réunion du conseil d’administration.  

La droite dénonce du « népotisme »

Mais ce lien familial, peu connu du grand public – voire des élus – interroge sur les conditions de cette nomination. « Le lien familial n’est pas l’élément qui a prévalu », assure Renaud Payre, vice-président au Logement, interrogé par Le Progrès, qui préfère mettre en avant les « compétences » de François Thévenieau. « C’est un non-sujet », assure l’entourage de Bruno Bernard à nos confrères, tandis que François Thévenieau nie tout « passe-droit ou piston ».

L’affaire est en tout cas une aubaine pour l’opposition. Dans un communiqué publié ce lundi, le groupe du Rassemblement de la droite et du centre à la Métropole de Lyon a aussitôt dénoncé une « pratique du népotisme ». Signé par Philippe Cochet, maire (LR) de Caluire-et-Cuire, le texte estime que les Verts « bafouent leurs engagements » en matière de morale politique en « plaçant les membres de sa famille sur les listes aux élections puis à la présidence d’une structure de logement social ».

Dans son communiqué, la droite locale fustige également le cumul de mandats de Bruno Bernard (comme patron de la Métropole et président du Sytral) ou la hausse des indemnités des vice-présidents du Grand Lyon votée cet été (justifiée justement par le non-cumul des mandats).

Mathieu Périsse

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).

Précédemment dans l'Oeil

Régie publique de l’eau : les salariés de Veolia mettent la pression sur la Métropole de Lyon

Dans un an et demi, le Grand Lyon gérera, via une régie publique, l'eau potable de son territoire, en lieu et place de l'actuel délégataire Veolia. Ce vendredi, les salariés de la filiale du groupe seront en grève pour demander des garanties à la Métropole sur la transposition de leurs acquis sociaux dans la future entité.  

Régionales en Auvergne-Rhône-Alpes : une candidate du RN relaie des messages antisémites

Mediapart a découvert que Juliette Planche, en position éligible sur la liste d’Andréa Kotarac, a posté pendant des mois des messages antisémites et complotistes, sans que le profil de cette royaliste n’alerte personne, jusque-là, au RN.