Olivier de Germay. Image : capture d'écran KTO.

À Lyon, Olivier de Germay, évêque d’Ajaccio, succède à Monseigneur Barbarin

Le nouveau « primat des Gaules » s’appelle Olivier de Germay. L’annonce devrait être officialisée ce jeudi 22 octobre. Pour succéder à Philippe Barbarin, le pape François a choisi l’actuel évêque d’Ajaccio, 60 ans, ordonné prêtre en 1988 dans la région de Toulouse et en poste en Corse depuis huit ans.

Depuis sa condamnation en première instance pour non dénonciation d’agressions sexuelles, en mars 2019, Philippe Barbarin s’était mis en retrait de la conduite de l’Église lyonnaise, avant que le pape n’accepte sa démission un an plus tard, en mars dernier. Depuis, le diocèse était administré par Monseigneur Michel Dubost.

L’arrivée d’Olivier de Germay, qui devrait être célébrée fin décembre à la cathédrale Saint-Jean, permettra-t-elle au diocèse de tourner la page des affaires Preynat et Barbarin ? Ce sera l’une des missions de ce prélat au CV atypique : avant de rentrer dans les ordres, le nouvel archevêque de Lyon avait entamé une carrière militaire d’officier parachutiste, qui l’avait amené jusqu’en Irak, lors de la première guerre du Golfe, au début des années 1990.

N.B.

Précédemment dans l'Oeil

Le long de l’A89, la justice enterre un projet d’entrepôt logistique

Au nom de la défense d’espèces protégées, le tribunal administratif vient d’annuler un arrêté préfectoral permettant la construction d’un méga-hangar à l’ouest de Lyon, en plein corridor écologique.

Quand Le Progrès recopie au mot près la communication de la ville de Lyon

Dans son édition du 11 octobre, le journal a publié un article dont le texte est tout droit tiré d’une page publiée par le site de la collectivité de Grégory Doucet, sans le signaler à ses lecteurs.