A Chassieu, Auchan va supprimer 23 emplois dans son centre SAV

« Nous sommes en colère. L’annonce qui nous a été faite a été d’une grande violence », souffle Cosimo Palmitessa, délégué CFTC au sein du centre de service après-vente (SAV) Auchan de Chassieu. Installé dans l’Est lyonnais, le site va faire l’objet d’une réduction de voilure drastique - 23 emplois menacés sur une cinquantaine de poste -, conséquence locale d’un dégraissage national.

En septembre, le groupe Auchan Retail France a rendu public un plan de suppression de près de 1100 postes (1475 suppressions et 377 créations) sur l’ensemble du territoire. Une annonce aux allures de deuxième vague : en janvier 2020, l’enseigne de grande distribution avait déjà acté un plan de 517 départs volontaires au siège, après la fermeture et la vente de 21 magasins en 2019.

Ce nouveau coup de balai s’inscrit dans une vaste réorganisation de la firme, pour qui l’ère des hypermarchés mastodontes est révolue, et qui souhaite se concentrer davantage sur les rayons alimentaires. Dans ce contexte, les 11 centres de réparation et de service après-vente d’Auchan sont particulièrement touchés, avec près de 430 emplois appelés à disparaître au cours de l’année à venir.

Privilégier la réparation à domicile

Les salariés concernés réparent principalement de l’électroménager ou des produits électroniques vendus dans les étals des supermarchés du groupe. « La digitalisation du service après-vente permettrait de renforcer l’autonomie du client dans la prise en charge et de répondre au recul du marché de l’électronique grand public qui a entraîné la baisse d’activité du SAV de 45% en dix ans », fait savoir Auchan. Résultat : à Chassieu, près de la moitié de l'effectif du service pourrait disparaître. « La direction veut privilégier la réparation à domicile. Seuls les techniciens seront maintenus », explique Cosimo Palmitessa.

Selon le syndicaliste, la crise du Covid-19 n’a fait qu’amplifier une situation déjà compliquée. « C’était dans les tuyaux depuis longtemps », indique-t-il. Technicien depuis vingt-huit ans dans l’entreprise, lui-même compte parmi les employés sur la sellette. Des négociations sont en cours avec la direction pour tenter de reclasser un maximum de salariés dans d’autres sites du groupe. « On a une bourse à l’emploi interne qui peut proposer des postes équivalents. On espère juste que chacun y trouvera son compte. Nous resterons vigilants », prévient Cosimo Palmitessa.

Mathieu Périsse

Pour aller plus loin : (re)lire les enquêtes de Mediacités sur Auchan

https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2019/09/18/porte-des-alpes-auchan-fait-passer-la-metropole-de-lyon-a-la-caisse/

https://www.mediacites.fr/enquete/lille/2018/06/22/auchan-naime-pas-le-fisc-francais/

https://www.mediacites.fr/enquete/lille/2019/05/24/auchan-cette-liste-noire-qui-fait-craindre-une-casse-sociale-massive/

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).

Précédemment dans l'Oeil

Lyon Saint-Exupéry : malgré une année 2020 catastrophique, Vinci réclame des millions d’euros de dividendes à l’aéroport

Alors que l’exploitant de « Saint-Ex’ », filiale du groupe de BTP, a enregistré l’an passé plus de 20 millions d’euros de déficit, la maison-mère souhaite encore puiser dans la trésorerie au profit des actionnaires.

Auvergne-Rhône-Alpes : la nouvelle équipe Wauquiez ou la prime aux cumulards

Reconduit à la tête de la région, Laurent Wauquiez a dévoilé, le 2 juillet, les noms de ses 15 nouveaux vice-présidents.