L'hôpital gériatrique Antoine Charial, situé sur les communes de Francheville et de Craponne, doit fermer ses portes début 2021. / © Photo : CC / Tarball69

En plein confinement, la droite s’oppose à l’ouverture d’un centre d’hébergement d’urgence dans l’Ouest lyonnais

Pas de ça chez eux ! Les maires de Francheville, Craponne et Tassin-la-Demi-Lune (LR et divers droite) s’opposent avec virulence à l’ouverture d’un centre d’hébergement d’urgence sur le site de l’hôpital Antoine Charial. En cause, l’annonce de la signature d’une convention temporaire d’occupation entre les Hospices civils de Lyon (HCL), propriétaire des lieux, et les services de l’Etat pour utiliser les locaux déjà vides ou en passe de l’être (l’hôpital doit fermer ses portes début 2021).

La Fondation de l’Armée du Salut et le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri mèneront à bien ce projet. Dès ce lundi 9 novembre, près de 80 personnes doivent être accueillies dans les murs de l’ancien Ehpad, déjà vide. La Métropole, qui s’est engagée financièrement aux côtés de l’Etat, estime que le centre d’hébergement pourra accueillir jusqu'à 130 personnes dans les prochains mois. 

Cette ouverture est présentée comme une réponse à la crise du Covid et aux confinements successifs, qui pèsent particulièrement sur les sans-abri de l’agglomération. Au printemps dernier, déjà, près de 540 places d’hébergement d’urgence avaient été créées en quelques semaines sur des sites provisoires dans la métropole, comme Mediacités l'avait relaté [lire notre article : SDF : la parenthèse du confinement peut-elle perdurer . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).

Précédemment dans l'Oeil

Marché public truqué du Puy-en-Velay : le maire en garde à vue

Michel Chapuis a été mis en garde à vue, ce 22 juin, dans le cadre d’une enquête préliminaire pour favoritisme et corruption sur la concession des halles alimentaires de la ville. Une affaire révélée en mars dernier par Mediacités.

Tramways, lanceurs d’alerte, énergie solaire et « chèque-vacances »… au menu du prochain conseil métropolitain du Grand Lyon

Mediacités publie les 122 projets de délibération qui seront soumis au vote des élus de la Métropole de Lyon le 27 juin prochain.