Merck emploie près de 420 personnes dans l'agglomération lyonnaise. Photo : Merck KGaA.

Le groupe Merck va supprimer plus de 50 emplois à Lyon et Meyzieu

C’est un fleuron discret de l’industrie pharmaceutique et chimique de l’agglomération lyonnaise. Le groupe Merck, géant allemand du secteur, vient de lancer un plan d’économies visant à supprimer une cinquantaine d’emplois sur ses sites de Lyon et de Meyzieu, sur près de 420 salariés dans l'agglomération, selon nos informations.

Contactée, la direction de la division Healthcare de Merck en France, qui rassemble les sociétés Merck Santé et Merck Serono, confirme avoir lancé mi-novembre une consultation de ses salariés « sur un projet de licenciement collectif pour motif économique incluant un projet de sauvegarde de l’emploi », mais ne souhaite pas donner de précisions sur le nombre de postes menacés.

Selon les informations obtenues par Mediacités, 33 postes devraient être supprimés au sein du siège social situé dans le 8e arrondissement de Lyon. Le site de production et de distribution de Meyzieu, devrait aussi perdre 21 postes, soit la moitié des effectifs en charge de la distribution. Enfin, la direction envisage la suppression de 14 postes vacants au sein de l’entreprise, réduisant d'autant les possibilités de reclassements internes pour les salariés touchés par ce plan social.

« Dans les prochaines semaines, nous allons conduire des consultations et négociations avec les représentants du personnel de chaque entité avec la volonté de conclure un accord. L’objectif est d’absorber au maximum les réductions d’effectifs par des départs volontaires, des mobilités internes, et ainsi de limiter le nombre de départs contraints, et de sécuriser le projet professionnel de chaque collaborateur par un accompagnement personnalisé », assure la direction de Merck France.

4,5 milliards d'euros de bénéfices attendus en 2020

La direction confirme que seuls les sites de Lyon et Meyzieu sont concernés par ce plan d’économie. Basé à Darmstadt, en Allemagne, le groupe Merck KGaA emploie près de 3700 « collaborateurs » en France et 57 000 dans le monde, selon son site Internet.

Merck fait aussi savoir que « ce process n’est pas relatif à la crise du Covid ». Les activités de l'entreprise, qui produit notamment des médicaments contre le diabète, la sclérose en plaque ou le cancer, ainsi que des produit utilisés dans les fécondations in vitro (FIV), ont été modérément impactées par les confinements successifs. Selon ses prévisions publiées en août dernier, le groupe chimique et pharmaceutique table sur un bénéfice avant impôts (Ebitda) compris entre 4,45 et 4,85 milliards d’euros pour l’année 2020.

Ces suppressions de postes viennent s’ajouter à une longue liste de plans sociaux déjà recensés par Mediacités [voir notre carte ci-dessous] sur le territoire de la métropole de Lyon. Selon notre décompte, plus de 2200 emplois sont actuellement menacés dans le cadre de négociations collectives. A quoi s’ajoutent d’innombrables licenciements individuels ou faillites de petites entreprises sur le territoire, une catastrophe silencieuse également documentée par Mediacités.

Voir notre carte en plein écran 

Mathieu Périsse

https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2020/11/17/dans-la-metropole-de-lyon-les-ravages-silencieux-de-la-crise-economique/

https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2020/11/17/une-vraie-boucherie-la-carte-des-plans-sociaux-dans-la-metropole-de-lyon/

 

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).

Précédemment dans l'Oeil

L’ex-préfet fâché avec Laurent Wauquiez persona non grata à la Fête du livre de Saint-Etienne

Les organisateurs de ce festival, subventionné par la région Auvergne-Rhône-Alpes, n'ont pas souhaité accueillir Yves Rousset, auteur d'un livre particulièrement sévère avec le président de la collectivité.

Jacques Gerstenkorn, « Monsieur Cinéma » de l’université Lyon 2, accusé de harcèlement et d’agression sexuelle

Selon une enquête de Rue89Lyon, l'enseignant est visé par des accusations de harcèlement et d'agression sexuelle. Une enquête administrative a été ouverte par l'université.