Cinéma : le mélange des genres de Thierry Frémaux fait tiquer les magistrats financiers

Thierry_Fremaux
Thierry Frémaux. Photo : Horschampfr/creative commons.

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Mathieu Périsse

Dans un rapport sur l'Institut Lumière et ses filiales, que Mediacités s'est procuré, la chambre régionale des comptes s'interroge sur un risque de conflit d'intérêts portant sur la rémunération du directeur de l'association en tant que réalisateur et scénariste d'un documentaire sur les frères Lumière.

Le cumul de casquettes est un art délicat, manié avec maestria par Thierry Frémaux, directeur de l’Institut Lumière de Lyon. Dans un rapport à paraître prochainement, et que Mediacités s’est procuré, la chambre régionale des comptes (CRC) analyse en détail les finances de l’association et de ses filiales. Et les magistrats financiers se montrent assez critiques sur l’omniprésence du « monsieur cinéma » lyonnais, par ailleurs délégué général du festival de Cannes [(re)lire notre enquête : Institut et festival Lumière : Thierry Frémaux tout-puissant]. 

La chambre s’attarde en particulier sur

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment