Protection de l’enfance : débouté par le Grand Lyon, un jeune migrant pakistanais obtient gain de cause en appel

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Nicolas Barriquand

Privé de l’Aide sociale à l’enfance par la Métropole de Lyon, malgré un avis historique du Comité international des droits de l’enfant, ce migrant vient de faire reconnaître devant la justice qu’il était bien mineur jusqu’en décembre dernier.

« Aucun élément ne permettant d’écarter la minorité alléguée par ce jeune, il aurait dû être admis au bénéfice de la législation relative à la protection de l’enfance. » Mediacités a pris connaissance de l’arrêt prononcé le 2 février dernier par la Cour d’appel de Lyon favorable au jeune Aboud (le prénom a été modifié), Pakistanais présent à Lyon depuis l’été 2019. La semaine dernière, nous vous avions raconté l’histoire de ce migrant, né en décembre 2002, à qui la Métropole de Lyon a refusé l’Aide sociale à l’enfance à plusieurs reprises, au motif qu’elle ne reconnaissait pas sa minorité.

Défendu par l’avocate Sandrine Rodrigues, le cas d’Aboud est remonté jusqu’au Comité international des droits de l’enfant. Cette instance des Nations unies a, en décembre dernier, réclamé que les autorités françaises - donc le Grand Lyon au titre de sa compétence en matière de protection de l’enfance - place le jeune Pakistanais dans un foyer pour mineurs. En vain. La collectivité a finalement consenti à lui trouver une place dans un hôtel, le jour de ses 18 ans, mais au titre du contexte sanitaire et non en raison de son âge.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment