Image d'illustration. Photo : NB/Mediacités.

Quand Le Progrès recopie au mot près la communication de la ville de Lyon

Le « copier-coller » était presque parfait… Dans son édition Lyon-Villeurbanne de ce lundi 11 octobre, Le Progrès a publié, en page 20, dans la rubrique « Actu Lyon », un article intitulé « Commande publique : des critères verts ajoutés à la politique d’achat ». Le texte aborde l’adoption, lors du dernier conseil municipal de Lyon, d’un « schéma de promotion des achats socialement et écologiquement responsables », une promesse de campagne de l’écologiste Grégory Doucet.

Problème, l’article du Progrès est - au mot près - la copie conforme d’un texte publié par la ville de Lyon sur son site Internet. Seule différence : une citation de la Première adjointe Audrey Hénocque a été ajoutée dans le dernier paragraphe. Or aucune indication ne prévient le lecteur qu’il s’agit de la prose du service communication de la ville et non de celle d’un journaliste de la rédaction. Tout au plus, les plus observateurs auront-ils remarqué que l’article, présenté et mis en page comme n’importe quel autre article, n’est pas signé…

Transformer d’un coup de baguette magique la communication d’une collectivité en contenu éditorial contrevient à la charte de Munich, un texte de référence aussi appelé Déclaration des droits et des devoirs des journalistes. Celle-ci stipule qu’il convient de « publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent » et qu’il faut veiller à « ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ».

CaptureLP – Copie
L'article de l'édition du 11 octobre. Capture d'écran du site Le Progrès.

« En général, on est vigilant, mais là, on ne l’avait pas vu, reconnaît une journaliste du Progrès à qui nous avons appris l’existence du copier-coller. Dans ces cas-là - mais cela n’arrive pas ou ne doit pas arriver -, les représentants syndicaux réagissent et peuvent inscrire le problème à l’ordre du jour de la prochaine réunion du Comité social et économique [CSE]. »

« Tout communiqué doit être signalé comme tel, sinon c’est une erreur »

Contacté ce mardi 12 octobre, Xavier Antoyé, rédacteur en chef du groupe Le Progrès, n’a pas répondu à notre message. De son côté, Francis Zigelmeyer, directeur départemental des éditions du Rhône, reconnaît « une connerie ». « Tout communiqué doit être signalé comme tel dans nos pages et si on ne l’a pas fait, c’est une erreur », réagit-il quand nous lui apprenons l’existence du communiqué qui ne dit pas son nom dans l’édition du 11 octobre.

Ironie du « chemin de fer » - dans le jargon de la presse, cette expression désigne le découpage d’un journal - l’article en question a été publié au-dessus d’une publicité de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Une demi-page pour la ville de l’écologiste Grégory Doucet, une demi-page pour la collectivité du LR Laurent Wauquiez : à défaut de respecter la déontologie du métier, cette page du Progrès est au moins équilibrée politiquement…

A (re)lire sur Mediacités

Précédemment dans l'Oeil

Le long de l’A89, la justice enterre un projet d’entrepôt logistique

Au nom de la défense d’espèces protégées, le tribunal administratif vient d’annuler un arrêté préfectoral permettant la construction d’un méga-hangar à l’ouest de Lyon, en plein corridor écologique.

Transports en commun lyonnais : l’Etat met 81 millions d’euros sur la table… sur 2,5 milliards

Sept millions d'euros sont prévus pour le téléphérique lyonnais. Une goutte d'eau pour un projet qui pourrait coûter jusqu'à 220 millions d'euros.