Le maire LR du 2e arrondissement de Lyon Pierre Oliver. Photo : Twitter @poliver69.

Valérie Pécresse nomme le maire du 2e arrondissement de Lyon « orateur » de sa campagne… parmi une trentaine d’autres

Un (petit) galon de plus pour Pierre Oliver. Après avoir conquis la mairie du 2e arrondissement en 2020, un mandat de conseiller régional en 2021, puis la présidence du groupe LR au conseil municipal de Lyon (suite au psychodrame provoqué par des déclarations ambigües d’Etienne Blanc), le jeune loup de la droite lyonnaise, 29 ans, a été nommé ce mardi 4 janvier « orateur » de la campagne présidentielle de Valérie Pécresse. Pas franchement une surprise : l’élu de la Presqu’île s’était engagé avec ferveur derrière la présidente d’Île-de-France pendant la primaire de son parti. Il avait déjà hérité du titre « d’orateur » de Valerie Pécresse en Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre de cette compétition interne.

Son rôle consistera à prêcher la bonne parole de la candidate au niveau local - dans la région, Nicolas Daragon (maire de Valence), Emilie Bonnivard (députée de Savoie) et Jean-Pierre Vigier (député de Haute-Loire) enfilent aussi le même costume - et de répondre aux attaques de ses adversaires. En tout, la championne des Républicains a distribué trente casquettes « d’orateur » un peu partout en France et a nommé rien de moins que six « porte-parole ».

Dans l’équipe de campagne de Valérie Pécresse, Pierre Oliver retrouvera ses deux mentors, Laurent Wauquiez et Brice Hortefeux. Le premier, qui a renoncé à concourir en 2022, se retrouve chargé du comité de soutien des élus. Le second, qui a aidé le maire du 2e arrondissement à débuter en politique, a été désigné conseiller spécial aux « réformes institutionnelles ».

Précédemment dans l'Oeil

Budget participatif, salle Rameau et place du Bachut au menu du prochain conseil municipal de Lyon

Mediacités publie les 126 projets de délibération qui seront soumis au vote des élus lyonnais ce jeudi 27 janvier.

Cancers : ces hôpitaux et cliniques du Rhône qui opèrent sans autorisation

Une enquête de Cash investigation dévoile les statistiques d’opérations par établissement et par type de cancer. Dans la région lyonnaise, plusieurs hôpitaux ou cliniques ne respectent pas les seuils requis pour certaines activités.