Avec la démission d’Etienne Blanc, la droite lyonnaise perpétue sa « longue tragédie »

Après des déclarations ambiguës sur le régime de Vichy, le président du groupe LR au conseil municipal de Lyon a été poussé vers la sortie par ses troupes. Manœuvre politicienne, dénonce-t-il. Mediacités démêle cette énième crise de la droite locale, sur fond de « zemmourisation ».

Etienne Blanc
Le sénateur LR Etienne Blanc, ex-chef de file de la droite au conseil municipal de Lyon. Photo : Tim Douet.

Rien ne va plus au sein de la droite lyonnaise. « Encore ! », pourraient s’exclamer les observateurs avisés de la vie locale tant cette famille politique n’en finit pas de s’écharper, à intervalles réguliers, depuis vingt ans et la perte de l’hôtel de ville à l’issue du mandat de Raymond Barre. Ceci dit, la crise actuelle - qui a vu Etienne Blanc expulsé de la présidence du groupe LR et apparentés du conseil municipal - se révèle profonde, fulgurante et révélatrice des tiraillements qui

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Nicolas Barriquand