« Nous sommes encore les grands oubliés » : les victimes de l’abbé Ribes dénoncent les « manquements » de l’Église

2022-05-AffaireRibes
Louis Ribes faisait poser des enfants nus avant de les agresser. Photo : collection L.Gemet/C.Deluermoz.

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Charles Deluermoz

Les victimes agressées sexuellement, dans leur enfance, par le prêtre-artiste surnommé « le Picasso des églises » réclament réparation et la prise en charge, par l’institution catholique, de leurs soins psychologiques.

Ils veulent « contraindre l’Église à agir et tenir ses engagements ». Vendredi 6 mai, le collectif des victimes de l’abbé Louis Ribes, prêtre pédocriminel décédé en 1994 et auquel Mediacités avait consacré une longue enquête en janvier dernier, a tenu une première conférence de presse à Lyon. À l’initiative de ce regroupement, Annick Moulin et Luc Gemet ont dénoncé les « manquements de l’institution catholique » et détaillé dix revendications pour obtenir reconnaissance et réparation.

Après les réunions publiques organisées en début d’année par les diocèses de Lyon, de Saint-Etienne puis de Grenoble pour « favoriser la parole », les victimes devaient se retrouver au « centre des décisions ». Mais de nombreuses questions restent sans réponses et les membres du collectif estiment être « encore les grands oubliés ». « On nous a promis des choses, mais on n’a rien, aucune visibilité, regrette Annick Moulin. Avec toutes les affaires qu’il a connues, le diocèse [de Lyon] devrait être expert de la question… Nous nous sommes aperçus qu’ils n’ont toujours pas les qualités humaines et les compétences professionnelles pour en gérer l’ampleur. »

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment