Contrairement à Nantes, l’alliance vert-rouge a réussi à Saint-Herblain. Et pourrait tirer vers le rose

On a toujours considéré Saint-Herblain, 46 000 habitants et troisième ville de la Loire-Atlantique, comme la petite sœur de Nantes. Mais cette fois, côté électoral, la cadette pourrait bien en rabattre à son aînée. Ou, du moins, lui donner deux ou trois leçons dont les candidates de gauche dans la cité des Ducs auraient peut-être bien fait de s’inspirer.

  • Leçon numéro 1 : de tes petits camarades tu te rapprocheras

A Nantes, écologistes et « citoyens » de Nantes en commun (dont une partie sont issus de la France Insoumise) n’ont pas réussi à trouver un accord et partiront en ordre dispersé au premier tour des élections municipales. Chez la voisine de l’Ouest, au contraire, les différentes composantes de la gauche non socialiste serrent les rangs. Depuis plus d’un an, les militants et responsables d’EELV, de la France Insoumise, de l’Union démocratique bretonne (UDB) et d’Ensemble (le nouveau nom de l’Alternative rouge et verte) travaillent les bases d’un programme commun. Des discussions qui ont abouti - en juillet dernier ! - à l’annonce d’une liste commune, dont la présentation officielle aura lieu le 5 février. Un petit miracle, quand on regarde cette union du point de vue nantais. Là, il a fallu attendre le mois de décembre pour qu’EELV et Nantes en commun se mettent autour de la table. En vain. La recette herblinoise ? « On est partis en préparation de campagne en se disant que l’on avait envie de conclure », glisse Jean-François Tallio, adjoint au maire (EELV) et à la tête de cette liste composite, baptisée « Saint-Herblain en commun ».

  • Leçon numéro . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois


Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).

Précédemment dans l'Oeil

Proche de Laurence Garnier, Marc Reneaume ne siègera ni au conseil municipal, ni au conseil métropolitain

A peine élu, l'ancien directeur de campagne de la candidate LR démissionne de ses mandats. Une mise en retrait qui fait suite à la lourde défaite enregistrée par la droite lors des élections municipales.

Entre plaintes et petites phrases, triangulaire tendue entre listes de gauche à Indre

Dans cette commune rose-rouge de l’Ouest nantais, trois candidats divers gauche bataillent ferme pour séduire de 2 817 électeurs. Leurs armes : promesses sociales, accusations de populisme et plaintes.