Lors du meeting de Nantes en commun·e·s, auquel participaient les autres liste "en commun.e.s" de la métropole nantaise. / Photo : Thibault Dumas

Bouguenais, Rezé, Saint-Herblain… Ce que cachent les autres listes “en commun.e.s” de la Métropole

#annexe-0 {top:800px!important;}
#annexe-1 {top:1800px!important;}

Le mouvement citoyen Nantes en commun·e·s, soutenu par la France insoumise (LFI), s’est fait une place surprise dans la campagne électorale nantaise, bien incarné par la médiatique Margot Medkour et malgré une maladresse de dernière minute. Jusqu’à inquiéter la liste écologiste Nantes Ensemble avec qui les négociations en vue d’un rapprochement ont capoté. À l’échelle de la Métropole, sept listes surfent sur la vague depuis un an et se présenteront dimanche sous le label « Communes en commun·e·s », dans les communes de Bouguenais, La Montagne, Nantes donc, Rezé, Saint-Herblain, Saint-Sébastien-sur-Loire et Vertou. Leur point commun ? Elles se situent à la gauche du PS et d’EELV et s’opposent à toute « métropolisation » de Nantes.    

« La métropole est devenue un immense vaisseau ingérable, trop loin des habitants, dont la gestion est totalement dépolitisée, confie ainsi Margot Medkour, à Mediacités. Nous sommes pour décentraliser les pouvoirs au sein de la métropole pour les redonner aux . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois


Précédemment dans l'Oeil

Nantes Métropole : Johanna Rolland et les socialistes gardent le contrôle

Réélue mécaniquement présidente de Nantes Métropole, la socialiste est attendue au tournant pour son deuxième mandat. Les écologistes récupèrent cinq vice-présidences importantes, quelques nouvelles têtes apparaissent, mais la garde rapprochée de la maire de Nantes garde la main sur quasiment tous les dossiers majeurs.

Rezé : transition glaciale à gauche entre Gérard Allard et Hervé Neau

Deux ans de démissions en série au sein d’une majorité municipale tourmentée, suivis de huit mois d’une campagne municipale houleuse… Entre Gérard Allard, le maire (PS) battu et Hervé Neau, son ancien adjoint, le passage de relais promettait d’être tendu. Il le fut. Et augure de semaines compliquées pour le nouveau maire.