La Cite radieuse du Corbusier, un des symboles de Rezé / Creative Commons - Jean-Pierre Dalbéra

Rezé : quelle majorité à gauche après la déconfiture de Gérard Allard ?

Une véritable déconfiture. Dans le contexte particulier de la crise sanitaire du coronavirus, où la prime au sortant a joué à plein en Loire-Atlantique comme ailleurs, le maire PS de Rezé, Gérard Allard, n’a rassemblé que 20,17 % des voix. Contre 33,71 % à la liste dissidente de gauche Rezé Citoyenne , menée par Hervé Neau, 56 ans, qui évoque « un désaveu cinglant ». « Ce résultat laisse le maire sortant loin derrière nous et rebat radicalement les cartes du jeu politique à Rezé » s'enorgueillit cet ancien proche de l’édile. Et dire qu’en 2014, la simple tenue d’un second tour avait été une (mauvaise) surprise pour les socialistes... Car la troisième ville de la métropole nantaise, avec ses 42 000 habitants, est rose depuis 1959, sur fond d’identité ouvrière et de forte tradition syndicale et associative. Avec l’attractivité nantaise et la pression immobilière grandissante, la sociologie de la commune évolue cependant depuis vingt ans : on y compte désormais autant de CSP+ que d’ouvriers désormais soit 15,9 % selon l’Insee (contre 16,6 et 8,4 % à Nantes).

Mais c’est bien la personnalité de son maire, âgé de 67 ans, dont 26 ans comme élu local, et son mode de gouvernance qui ont été au cœur de l’élection, comme nous l’avions détaillé à l'automne. Dix élus [annexe link="démissionnaires ou démissionnés . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.

Précédemment dans l'Oeil

Arbre aux hérons, Carrousel, Auran… Nantes cumule les problèmes avec ses marchés publics

Dans un communiqué, Anticor 44 révèle la flambée des frais juridiques autour de l'Arbre aux hérons. Et alors que des marchés publics passés par la Samoa et l'Auran, deux satellites de la Ville et de la Métropole de Nantes, sont dans le collimateur de la justice et de la Chambre régionale des comptes, l'association s'étonne, là encore, des procédures utilisées par la Métropole.

Artificialisation des sols et politique foncière : l’étonnant revirement de Nantes Métropole

18 mois après l'avoir quitté pour éviter d'acquitter une taxe, la Métropole de Nantes devrait faire son retour au sein de l’Établissement public foncier de Loire-Atlantique. Une bonne nouvelle pour la lutte contre la bétonisation et « l’alliance des territoires », mais un aller-retour qui interroge et laisse des traces.