Marc Reneaume, directeur de campagne et n°4 sur la liste LR de Laurence Garnier aux élections municipales à Nantes. / Photo : capture d'écran Télénantes

Proche de Laurence Garnier, Marc Reneaume ne siègera ni au conseil municipal, ni au conseil métropolitain

Il devait prendre la présidence de Nantes Métropole en cas de victoire de la droite aux élections municipales, il n'y siègera finalement même pas. Directeur de la campagne de Laurence Garnier et numéro 4 sur la liste LR, Marc Reneaume a décidé de jeter l'éponge.

Il officialise cet après-midi sa démission de ses postes de conseiller municipal et de conseiller métropolitain pourtant gagnés dimanche dernier.

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).

Précédemment dans l'Oeil

Quand les campagnes électorales financent la société du chef de cabinet de Sarah El Haïry

Chef de cabinet de la secrétaire d’État à la Jeunesse, Adrien Baron concilie politique et business grâce à sa société de communication MBG Ouest. Une double casquette qu’il a mise à profit lors de deux dernières élections.

Violences faites aux femmes : Citad’elles victime de son – triste – succès

En un an, ce centre d’accueil et de soutien unique en France a accueilli plus de 1250 femmes victimes de violences. Un afflux tel que la ville de Nantes doit augmenter le personnel d’accueil et cherche des co-financeurs. Et, justement, la porte d’un soutien de la Région Pays de la Loire et du ministère semble enfin s’entrouvrir.