Christelle Morançais lors de la présentation de son plan de relance régional le 6 juillet 2020 / Photo : Thibault Dumas

Morançais, Clergeau et la rumeur de Rugy… La campagne des régionales est bel et bien lancée

Le nouveau Premier Ministre Jean Castex aurait tranché : les élections régionales se tiendront bien en mars 2021. En attendant une confirmation officielle, la campagne a d'ores et déjà commencé en Pays de la Loire. La présidente (LR) Christelle Morançais, qui a pris le relais de son mentor Bruno Retailleau il y a trois ans, doit faire face à un manque de notoriété et au mur de la relance, « dans une région moins touchée par la crise sanitaire, mais autant voire plus touchée qu’ailleurs par la crise économique », selon ses dires. D’où le vaste plan de relance (et de communication) à 145 mesures et 332 millions d’euros, voté en session plénière le 10 juillet dernier (54 pour, 22 abstentions, 17 contre). « Ce n’est pas mon plan ni celui de la majorité régionale, mais celui de l’ensemble des Ligériens », a répété celle qui veut « être la première présidente verte de France ». Un objectif très dans l’air du temps…

Sans surprise, le groupe d’opposition écologiste et citoyen à la Région (5 élus), coprésidé par Lucie Etonno et Franck Nicolon, ne l'entend pas de cette oreille. Il s’est donc abstenu face « à une juxtaposition de mesures déjà existantes pour plus de la moitié d'entre elles, ou d’effets d’annonce avec un fort affichage budgétaire ». Les socialistes (groupe GSERR, 17 conseillers), quant à eux ont carrément voté contre, leur chef de file Christophe Clergeau, battu en 2015, dénonçant « un plan de réélection, déconnecté de la réalité, qui ne répond pas aux urgences économiques et sociales ni aux enjeux de la transformation écologique ».

Embouteillage sur la ligne de départ

En matière de visée électorale, l’élu PS n’est pourtant pas en reste. Avec le député socialiste mayennais Guillaume Garot, il vient d’annoncer la création du collectif « La fabrique de la région d’après ». Une organisation aux faux airs de comité de soutien ou de pré-casting de candidats aux élections. On trouve parmi ses membres le start-upper nantais en vue Quentin Adam, l’avocate des gros dossiers pénaux nantais Cécile de Oliveira (elle défend notamment la famille de Steve Maia Caniço), le tout juste ex-président de l’Université de Nantes Olivier Laboux ou encore Franck Truong, secrétaire départemental de la CFDT 44 jusqu’en décembre dernier.

Mais le tableau préélectoral ne serait pas complet sans « l’hypothèse de Rugy ». Agitée à Nantes avant les dernières municipales, la voici qui résonne de plus belle à mesure qu’approchent les régionales. Mercredi 15 juillet, plusieurs soutiens de l'ancien ministre ont préparé le terrain à une candidature, dans les colonnes de Presse-Océan. « François l’a prouvé par le passé, il peut construire des consensus et a toutes les qualités pour assumer ces responsabilités », plaide le conseiller métropolitain Mounir Belhamiti. LREM a constitué un (petit) groupe de trois conseillers régionaux en mars 2018.

Et comme la présidence du conseil régional semble décidément en faire rêver plus d’un, l’ancien président de l’Assemblée nationale pourrait trouver face à lui l’un de ses collègues députés : l'ex-EELV et ex-macroniste Matthieu Orphelin. L’Angevin ne cesse en effet de mentionner ces jours-ci son expérience de vice-président de la Région Pays-de-la-Loire (2010-2014)...

Thibault Dumas

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.

Précédemment dans l'Oeil

Maire, présidente de Métropole et directrice de campagne présidentielle : un cumul inédit pour Johanna Rolland

Mediacités est allé fouiller dans les archives : si la maire (PS) de Nantes est officiellement désignée directrice de campagne d'Anne Hidalgo, ce sera une première. Jamais le maire d'une des dix plus grandes villes de France n'a orchestré l'un de ces grands barnums présidentiels. Et on comprend pourquoi.

Les commissions d’éthique installées, bientôt un déontologue pour la ville et la métropole de Nantes

Plus d'un an après le début du mandat, les commissions d'éthique et de transparence promises par Johanna Rolland lors de la campagne municipale ont enfin tenu leurs premières séances.