Carine Bernault, nouvelle présidente de l'Université de Nantes. / Photo : Thibault Dumas

Nouvelles têtes à l’Université et à Centrale Nantes : l’attendue Carine Bernault, la surprise Jean-Baptiste Avrillier

« Bonjour, je m’appelle Carine Bernault, j’ai 47 ans, je suis professeure de droit et j’ai été élue hier, le 1er juillet, présidente de l’Université de Nantes. » C’est par ces mots que celle qui occupait jusqu’alors le poste de première vice-présidente du campus nantais a fait sa véritable entrée dans la vie publique face à la presse, au lendemain de son élection. Disponible, simple, affable mais un peu stressée, cette juriste de formation succède à Olivier Laboux (président de 2012 à 2020) forcé au départ par le crash du projet initial d’I-Site NeXT/Nantes Université.   

Et c'est justement sur cet épineux dossier que la nanto-alsacienne est attendue au tournant. A l'automne, la nouvelle mouture NeXT 2, sera évaluée par un jury international,  pour une naissance du nouvel ensemble "Nantes Université" envisagée désormais au 1er janvier 2022, avec deux ans de retard. « On ne pourra pas réussir ce projet si on ne se préoccupe pas de la vie quotidienne des personnels et des étudiants. C’est le défi de ce mandat », affirme-t-elle comme pour anticiper les inquiétudes, voire les vives oppositions de certains.

L’intersyndicale . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Précédemment dans l'Oeil

Sur l’Arbre aux hérons, Nantes Métropole avance en silence

Alors qu’on attend des précisions sur le coût du projet, la collectivité présidée par Johanna Rolland vient coup sur coup de publier deux appels d’offre concernant la future attraction des Machines de l’île. Deux marchés qui semblent indiquer que la métropole souhaite contrôler plus étroitement la conception et la réalisation de l’Arbre.

Sainte-Pazanne : un nouveau cas de cancer pédiatrique et un appel à Emmanuel Macron

Alors qu'un nouveau cas de cancer pédiatrique a été détecté autour de Sainte-Pazanne, le collectif « Stop aux cancers des enfants » en appelle à Emmanuel Macron pour la poursuite des recherches.