Carine Bernault, présidente de l'Université de Nantes. / Photo : Thibault Dumas

Nouvelles têtes à l’Université et à Centrale Nantes : l’attendue Carine Bernault, la surprise Jean-Baptiste Avrillier

« Bonjour, je m’appelle Carine Bernault, j’ai 47 ans, je suis professeure de droit et j’ai été élue hier, le 1er juillet, présidente de l’Université de Nantes. » C’est par ces mots que celle qui occupait jusqu’alors le poste de première vice-présidente du campus nantais a fait sa véritable entrée dans la vie publique face à la presse, au lendemain de son élection. Disponible, simple, affable mais un peu stressée, cette juriste de formation succède à Olivier Laboux (président de 2012 à 2020) forcé au départ par le crash du projet initial d’I-Site NeXT/Nantes Université.   

Et c'est justement sur cet épineux dossier que la nanto-alsacienne est attendue au tournant. A l'automne, la nouvelle mouture NeXT 2, sera évaluée par un jury international,  pour une naissance du nouvel ensemble "Nantes Université" envisagée désormais au 1er janvier 2022, avec deux ans de retard. « On ne pourra pas réussir ce projet si on ne se préoccupe pas de la vie quotidienne des personnels et des étudiants. C’est le défi de ce mandat », affirme-t-elle comme pour anticiper les inquiétudes, voire les vives oppositions de certains.

L’intersyndicale . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.

Précédemment dans l'Oeil

Arbre aux hérons, Carrousel, Auran… Nantes cumule les problèmes avec ses marchés publics

Dans un communiqué, Anticor 44 révèle la flambée des frais juridiques autour de l'Arbre aux hérons. Et alors que des marchés publics passés par la Samoa et l'Auran, deux satellites de la Ville et de la Métropole de Nantes, sont dans le collimateur de la justice et de la Chambre régionale des comptes, l'association s'étonne, là encore, des procédures utilisées par la Métropole.

Artificialisation des sols et politique foncière : l’étonnant revirement de Nantes Métropole

18 mois après l'avoir quitté pour éviter d'acquitter une taxe, la Métropole de Nantes devrait faire son retour au sein de l’Établissement public foncier de Loire-Atlantique. Une bonne nouvelle pour la lutte contre la bétonisation et « l’alliance des territoires », mais un aller-retour qui interroge et laisse des traces.