Le nouveau conseil métropolitain de Nantes Métropole. / Photo : Thibault Dumas.

A la Métropole de Nantes, la majorité de gauche s’éparpille façon puzzle

La scène, à l’époque, avait suscité des interrogations dans les rangs des conseillers métropolitains. Lors du dernier conseil de Nantes Métropole (celui du 17 juillet), après seulement quatre dossiers portés au vote, la présidente Johanna Rolland suspend la séance. Personne ne comprend alors pourquoi… Personne, exceptés les cinq élus de Rezé, membres de la nouvelle majorité municipale élue derrière Hervé Neau en juin dernier. C’est eux qui l’ont demandé. Et pour cause : alors que l’assemblée s’apprête à voter la composition des commissions permanentes, ils s’aperçoivent qu’ils n’y figurent pas.

La pilule passe d’autant plus difficilement qu’en revanche, l’ancien maire PS de la ville, Gérard Allard, battu quelques semaines plus tôt et désormais dans l’opposition municipale, dispose bien, lui, d’une place. Et même de deux, dans deux commissions différentes (Enseignement supérieur et recherche, innovation, numérique, international, rayonnement et Transition écologique, métropole nature et résilience). N’ayant pas annoncés dans quel groupe politique ils allaient siéger, ces nouveaux élus de gauche se retrouvent donc hors-jeu. Des discussions ont alors lieu avec la présidente avant que la séance ne reprenne son cours.

La nécessité d’un groupe… L’idée fait vite son chemin chez ces nouveaux élus pas encore rodés aux subtilités de la mécanique métropolitaine. Quelques jours plus tard, par un courrier adressé à Johanna Rolland, les cinq rezéens rejoints par quatre autres élus officialisent donc la création du leur. Un groupe « non aligné » par rapport à ceux pré-existants à gauche (PS, EELV et communistes) mais qui se rattache néanmoins clairement à la majorité métropolitaine. Son nom : « Gauche Citoyenne, Sociale et Écologiste ».

 

Approches différentes sur le fond et la forme

Il réunit, pour le moment, neuf élus issus des trois communes les plus peuplées de l’agglomération : les cinq Rezéens (le maire Hervé Neau et ses conseillers municipaux Martine Métayer, Pierre Quénéa, Isabelle Leray et Anas Kabbaj), donc, trois Nantais (Pauline Langlois, Thibault Guiné et Marlène Collineau) et un Herblinois (Jocelyn Bureau). Annoncés un temps - pour une partie d'entre-eux - alliés aux communistes, convoités par les groupes PS et EELV pour venir grossir leurs rangs, ces élus ont décliné les offres afin de marquer leur différence sur la forme. « Nous ne souhaitons pas fonctionner comme les groupes politiques traditionnels de la Métropole qui manquent de transparence et ne favorisent pas une gouvernance partagée, explique ainsi Martine Métayer, la co-animatrice du groupe (avec Jocelyn Bureau). Nous avons envie d’une majorité plurielle et porteuse de débat avec une parole libre au sein de la majorité » assène-t-elle. En clair : pas question de revivre l’épisode YelloPark et son vote godillot.    

Mais cette « Gauche Citoyenne, Sociale et Écologiste » veut aussi se distinguer sur le fond. « Le développement de l’agglomération doit être questionné et débattu ainsi que le partenariat avec les territoires d’à côté. Il est temps de sortir du nanto-nantais ! », estime Martine Métayer. Représentent-ils pour autant un caillou dans la chaussure métropolitaine de Johanna Rolland ? Pas si sûr… Certains de ces élus auraient pu préférer le groupe EELV à celui du PS et grossir ainsi les rangs d’une possible opposition interne plus affirmée.

Antony Torzec

Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).

Précédemment dans l'Oeil

A terme, la température de Nantes pourrait atteindre celle du Marseille d’aujourd’hui

2,6 degrés de plus à Nantes que dans le reste du département et jusqu'à 7 degrés de plus dans certains secteurs du centre-ville, de l'île de Nantes ou de Nantes Nord. Une étude de l'Auran met en lumière les îlots de chaleur nantais et les risques que le réchauffement climatique fait peser sur la ville.

Plus d’infractions au confinement en Loire-Atlantique que dans le reste des Pays de la Loire

Le nombre d'amendes délivrées par la police dans chaque département lors du premier confinement a finalement été rendu public.