Bouguenais : l’élu chargé de la vidéosurveillance condamné pour le harcèlement de son ex-compagne

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Guillaume Frouin (PressPepper)

Condamné par le tribunal correctionnel pour avoir harcelé son ex-compagne, le conseiller municipal de Bouguenais chargé de la mise en place de la « vidéo protection » est également policier. La maire de Bouguenais, Sandra Impériale, demande sa démission.

Coup de tonnerre au conseil municipal de Bouguenais, au sud-ouest de Nantes. Le conseiller municipal délégué à la « vidéo-protection » a été condamné ce jeudi 28 janvier 2021 à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nantes pour le « harcèlement » d’une ex-compagne, rencontrée en 2016. Il devra lui verser 2 000 euros pour son préjudice moral et 800 euros pour ses frais de justice.

A l’époque policier au commissariat de police central de Nantes, Sylvain Avril s’était notamment introduit dans des fichiers de police pour retrouver l’adresse des parents – qu’il n’avait jamais rencontrés – de cette habitante de Saint-Herblain, afin de leur offrir une boîte de chocolats... Face à son refus de reprendre leur brève relation, il avait écrit à la Caisse d'allocations familiales (CAF) pour dénoncer sa présumée "fraude" aux prestations sociales, ce qui avait valu des « contrôles inopinés » à la plaignante. Il avait également adressé des « courriers dénigrants » à l'académie de Nantes pour qu'elle prenne des « sanctions administratives » à l'égard de cette enseignante.
La maire de Bouguenais réclame la démission de son élu
Suite à cette affaire, le policier a été muté contre son gré à Angers (Maine-et-Loire), puis au commissariat de police de Cholet (Maine-et-Loire). Il y est notamment chargé de la lutte contre les "violences faites aux femmes", avait-il expliqué lors de l’audience le 30 décembre 2020. Ses ennuis ne sont toutefois pas terminés. Interrogée le 14 janvier dernier par Mediacités, en amont du délibéré du tribunal, la maire de Bouguenais, Sarah Impériale, a fait savoir . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment