Bouguenais : l’élu chargé de la vidéosurveillance condamné pour le harcèlement de son ex-compagne

Coup de tonnerre au conseil municipal de Bouguenais, au sud-ouest de Nantes. Le conseiller municipal délégué à la « vidéo-protection » a été condamné ce jeudi 28 janvier 2021 à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nantes pour le « harcèlement » d’une ex-compagne, rencontrée en 2016. Il devra lui verser 2 000 euros pour son préjudice moral et 800 euros pour ses frais de justice.

A l’époque policier au commissariat de police central de Nantes, Sylvain Avril s’était notamment introduit dans des fichiers de police pour retrouver l’adresse des parents – qu’il n’avait jamais rencontrés – de cette habitante de Saint-Herblain, afin de leur offrir une boîte de chocolats... Face à son refus de reprendre leur brève relation, il avait écrit à la Caisse d'allocations familiales (CAF) pour dénoncer sa présumée "fraude" aux prestations sociales, ce qui avait valu des « contrôles inopinés » à la plaignante. Il avait également adressé des « courriers dénigrants » à l'académie de Nantes pour qu'elle prenne des « sanctions administratives » à l'égard de cette enseignante.
La maire de Bouguenais réclame la démission de son élu
Suite à cette affaire, le policier a été muté contre son gré à Angers (Maine-et-Loire), puis au commissariat de police de Cholet (Maine-et-Loire). Il y est notamment chargé de la lutte contre les "violences faites aux femmes", avait-il expliqué lors de l’audience le 30 décembre 2020. Ses ennuis ne sont toutefois pas terminés. Interrogée le 14 janvier dernier par Mediacités, en amont du délibéré du tribunal, la maire de Bouguenais, Sarah Impériale, a fait savoir . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

Artificialisation des sols et politique foncière : l’étonnant revirement de Nantes Métropole

18 mois après l'avoir quitté pour éviter d'acquitter une taxe, la Métropole de Nantes devrait faire son retour au sein de l’Établissement public foncier de Loire-Atlantique. Une bonne nouvelle pour la lutte contre la bétonisation et « l’alliance des territoires », mais un aller-retour qui interroge et laisse des traces.

La Ville de Nantes va (enfin) rémunérer (un peu) les artistes plasticiens qu’elle expose

Présentée en conseil municipal vendredi 24 juin, une délibération prévoit de payer les peintres, sculpteurs et autres artistes lorsqu’ils exposent leurs œuvres dans un lieu d’exposition de la Ville.