Le tag inscrit en juillet 2019 sur la façade de l'immeuble ou se trouvait l'appartement loué par François de Rugy à Orvault. / Photo : DR

Le militant maoïste accusé d’avoir tagué l’immeuble de François de Rugy blanchi par la justice

Tout ça pour ça… Ces dernières semaines, la justice française aura beaucoup travaillé autour de l’appartement de François de Rugy à Orvault, près de Nantes. Pour un résultat équivalent dans les deux affaires concernés : la relaxe des prévenus. La première, prononcée le vendredi 2 avril, concernait Mediapart, qui avait été attaqué en diffamation par l’ancien ministre pour l’un des articles de la série concernant son train de vie (en l’occurrence celui sur ce logement « à vocation sociale » loué à Orvault) qui déboucha sur sa démission du ministère de l’Environnement.

Jeudi 15 avril, c’est le militant "maoïste" accusé d’avoir tagué l’immeuble où se trouve la résidence nantaise du député LREM qui a été relaxé

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

Relaxe annulée pour « l’homme à la casquette derrière Macron », accusé d’agression sexuelle

La relaxe de l'ancien assistant parlementaire LREM a été annulée par la Cour d'appel de Rennes, ce mardi 17 mai. Les juges ont néanmoins considéré que les faits commis en 2017 contre une ancienne militante macroniste ne relevait pas de « l'agression sexuelle », mais de simples « violences ».

Combien le FC Nantes va-t-il empocher grâce à sa victoire en Coupe de France ?

Le quinzième titre majeur du club nantais va lui permettre de toucher des dotations fixes et variables de la part de la FFF et de l’UEFA. Auxquelles s’ajouteront des retombées en termes de billetterie ou de transferts de joueurs. Mediacités fait l’addition.