Les élus réunis pour les Journées nationales de France urbaine à Nantes, début septembre. / Image : France urbaine

Quand France urbaine remercie les agents de la ville de Nantes. Et réciproquement…

Toute organisation qui loue la Cité des congrès de Nantes pour un séminaire ou un salon le sait, elle doit gérer et financer seule l’organisation. Toute sauf France Urbaine. Pour ses 4e journées nationales à Nantes, les 9 et 10 septembre derniers, l’association qui rassemble les métropoles et grandes villes françaises, a pu compter sur les heures de travail des agents de la mairie et de Nantes Métropole. A en croire les remerciements diffusés ce mercredi sur l’intranet des deux collectivités (NaoNantes), la présidente de France Urbaine et maire Johanna Rolland est satisfaite des moyens communaux et métropolitains mis en œuvre pour ces journées nationales de France Urbaine. 

Ilustration FU
Capture de l'intranet de la ville de Nantes.

58 agents de la ville mobilisés

Comme nous vous le dévoilions dans Mediacités mi-juillet, un appel avait en effet été lancé au personnel municipal et communautaire pour donner un coup de main à l’organisation de ce séminaire national. Ainsi, 58 agents ont travaillé pendant deux jours à l’accueil et aux visites sur des lieux emblématiques de Nantes. 58 sur plus de 7800 que comptent les deux collectivités, cela reste limité. Mais les agents de la ville ne se sont pas contentés d’œuvrer pour France urbaine durant les deux jours des journées nationales. Cette communication interne nous apprend que « depuis plusieurs mois, un groupe projet interne a été constitué pour (les) préparer, avec le service du protocole, la direction générale et secrétariat général, les directions de l’information et de la communication, le Voyage à Nantes et la Cité des congrès ». Bref, que du beau monde.

cap_twitter-JR

L’objectif était clair : devant les centaines de maires et cadres des grandes villes de France, il fallait « montrer une métropole nantaise en mouvement, qui se pense et qui se co-construit de manière dialoguée, qui fait avec son histoire tout en regardant vers l’avenir ». Si l’on en croit les remerciements adressés aux agents nantais, cette petite opération de com’ entre élus était réussie.

Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).

Précédemment dans l'Oeil

A Treillières, l’équipe Royer tente un contre-feu dans les boîtes aux lettres

Alors que la ville vient de perdre son 26e agent depuis le début de l'année avec la démission de la directrice générale des services, la majorité municipale tente de se dédouaner des affaires et du malaise social qui règne à la mairie. Dans un tract, elle hurle à l'acharnement médiatique et au complot...

Petite victoire pour Françoise Nicolas, la lanceuse d’alerte nantaise en guerre contre le Quai d’Orsay

Dans la guérilla judiciaire qu'elle mène contre le ministère des Affaires étrangères, l'ancienne diplomate obtient une décision favorable du tribunal administratif de Nantes. Victime de violence puis renvoyée en France après avoir dénoncé des détournements de fonds auprès de sa hiérarchie au Bénin, la lanceuse d'alerte poursuit son combat.