Photo de Christelle Morançais, présidente de la région Pays de la Loire passée au "bleu Morançais". / Photo originale : Thibault Dumas

Socialistes et écolos voient rouge après le passage du logo de la Région au « bleu Morançais »

Ils et elles étaient silencieux avant, les voilà qui se déchaînent après. La semaine passée, Mediacités relevait et expliquait comment, depuis le 22 septembre, le logo de la Région Pays de la Loire était passé au « Bleu Morançais » sur ses comptes sociaux et même ses vidéos. « Remplacer ainsi les couleurs de la Région Pays de la Loire est plus qu'une faute de goût. Le logo d'un conseil régional n'a pas à être politisé. Revenons aux couleurs initiales », a réagi dans la foulée le député angevin Matthieu Orphelin, coprésident du groupe écologiste (12 élus), sévèrement battu au second tour des régionales, face à Christelle Morançais.

Son allié du second tour, le socialiste Guillaume Garot, leader du groupe Printemps des Pays de la Loire (12 élus également), lui emboîte le pas, dénonçant un « total mélange des genres : la couleur de la campagne de la candidate Morançais devient couleur officielle de la Région. Une institution de la République ne peut pas être accaparée par un camp politique ».

« Plus qu'une faute de goût »

D’autres usent d’un registre bien plus sarcastique. « Bienvenue en Morancaisistan » tacle l’insoumis nantais Andy Kerbrat, ex-colistier (non-élu) sur la liste de Matthieu Orphelin. « On ne s’embarrasse pas avec l’humilité en Morancie », renchérit Solène Mesnager, conseillère régionale EELV. Cela en restera-t-il là ? « Ce changement aurait dû être débattu et voté par les élus en commission permanente. C’est tristement révélateur d’une manière de faire unilatérale de Christelle Morançais en ce début de mandat », complète Solène Mesnager, contactée par Mediacités. Avant de prévenir, au nom de son groupe : « Si l’utilisation de ce nouveau logo bleu est étendue partout, sur les supports physiques, les trains, les cars et autres, cela aura un coût. Nous examinerons alors tous les recours qui sont à notre disposition. »

Mardi 5 octobre, le groupe écologiste au conseil régional s'est même fendu d'une lettre à la présidente lui demandant de « confirmer au plus vite » que ce changement de logo n'est qu'une « modification passagère » et qu'elle n'envisage pas « d'élargir ce choix graphique à d'autres supports de communication régionaux ». Signée des deux co-présidents du groupe, Lucie Etonno et Matthieu Orphelin, le courrier questionne également sur le coût pour la collectivité d'une telle modification. Interrogé par Mediacités sur le sujet dans un précédent article, le cabinet de la présidente avait botté en touche, expliquant qu'il ne s'agissait pas « d'un changement de logo en tant que tel » mais d'une simple initiative du service communication de la Région. 

La réponse de la présidente (LR) du conseil régional n'a pas trainée. Le 6 octobre, elle prend la plume à son tour pour confier qu'elle  « ne peut s'empêcher d'être surprise par l'intérêt que suscite pour [le groupe écologiste] cette question parfaitement accessoire ». Sans apporter la moindre réponse aux questions soulevées, elle précise que la charte graphique de la région « n'est soumise à à aucune disposition réglementaire ou légale spécifique, et ses évolutions sont soumises à l'appréciation de l'exécutif ». 

Mise à jour du 6 octobre 18h30 : ajout de l'avant-dernier paragraphe concernant le courrier envoyé à Christelle Morançais par le groupe écologiste au conseil régional.

Mise à jour du 8 octobre 15 heures : ajout du dernier paragraphe concernant le réponse de Christelle Morançais au courrier du groupe écologiste.

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.

Précédemment dans l'Oeil

A Treillières, l’équipe Royer tente un contre-feu dans les boîtes aux lettres

Alors que la ville vient de perdre son 26e agent depuis le début de l'année avec la démission de la directrice générale des services, la majorité municipale tente de se dédouaner des affaires et du malaise social qui règne à la mairie. Dans un tract, elle hurle à l'acharnement médiatique et au complot...

Petite victoire pour Françoise Nicolas, la lanceuse d’alerte nantaise en guerre contre le Quai d’Orsay

Dans la guérilla judiciaire qu'elle mène contre le ministère des Affaires étrangères, l'ancienne diplomate obtient une décision favorable du tribunal administratif de Nantes. Victime de violence puis renvoyée en France après avoir dénoncé des détournements de fonds auprès de sa hiérarchie au Bénin, la lanceuse d'alerte poursuit son combat.