La plage de La Baule. / Image : Creative Commons - Wikineptune

Hausse du nombre d’agents municipaux à La Baule : la Chambre régionale des comptes s’inquiète

Un point noir dans un tableau globalement favorable. Lundi 22 novembre, la Chambre régionale des comptes des Pays de la Loire a rendu son rapport sur la situation financière de la commune de La Baule entre 2014 et 2020. Et si les magistrats font part de leurs inquiétudes sur la hausse récente des dépenses de personnel, rassurons tout de suite ceux qui s’inquiéteraient : la station balnéaire se porte bien, voire très bien. Pour les magistrats financiers, sa situation est « saine, voire confortable ».

Sa capacité d’autofinancement, « largement positive et en progression sensible », tutoyait ainsi la barre des 14 millions d’euros en 2019, « couvrant sans problème le remboursement en capital de la dette ». Une dette elle-même maîtrisée puisque si la commune devait mobiliser toutes ses ressources pour la rembourser, elle réussirait l’exercice une année. Par comparaison, il fallait en moyenne plus de quatre ans et demi à une commune de même taille pour y parvenir, en 2019.

Une hausse de la fiscalité inutile

Une telle santé financière que la station balnéaire aurait même pu éviter d’augmenter ses impôts locaux si elle évaluait de manière plus sincère ses dépenses et ses recettes et pilotait mieux l’exécution de son budget. « L’évaluation des dépenses et recettes réalisée pour les orientations budgétaires et les budgets primitifs de La Baule-Escoublac est très insatisfaisante », relèvent les magistrats financiers, pas convaincus par les explications fournies par la commune.

« La chambre relève que la commune, tout en maintenant ses dépenses d’investissements, a pu se désendetter de manière importante (…), notent-ils. Or elle a entendu, selon les termes des ROB [rapports d’orientations budgétaires, NDLR] eux-mêmes, compenser la baisse des dotations de l’État par une hausse de la fiscalité directe de 1,5% par an jusqu’à 2017. (…) » Pourtant, poursuit la CRC « sans aucune hausse de la fiscalité directe, la commune aurait encore disposé d’un surplus d’excédent non investi, et qui ne cesse de croître ».

Inquiétantes dépenses de personnel

L’argent des contribuables baulois finira bien par servir. Et notamment pour couvrir les dépenses de personnel engagées par la nouvelle municipalité. Dans ce document presque entièrement consacré à la gestion de la municipalité précédente, dirigée par Yves Métaireau, la Chambre réserve néanmoins quelques lignes à celle de son successeur (LR), Franck Louvrier. Et en l’occurrence au recrutement d’une quarantaine d’agents municipaux par le conseiller régional (LR) et ancien conseiller en communication de Nicolas Sarkozy. Une augmentation « sans précédent » des charges de personnel qui « grèvera durablement et fortement la section de fonctionnement de la commune », note la CRC.

Dans sa réponse, la ville de La Baule justifie cette augmentation par « la volonté politique de renforcer principalement deux secteurs qui le nécessitaient ». Concrètement, ce sont trois services qui ont vu leurs effectifs augmenter, comme l’indique Franck Louvrier à Presse Océan : l’état-civil, l’urbanisme et, surtout, la police municipale dont le nombre d’agents a doublé depuis 2020. Un « choix politique, assumé et maîtrisé », assure-t-il à la CRC, sans réussir à apaiser ses inquiétudes.

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer le débat public.

Précédemment dans l'Oeil

Soupçons de conflit d’intérêts à la mairie de la Limouzinière, près de Nantes

Anticor44 a fait parvenir un signalement au procureur de la République de Nantes. Dans le collimateur de l'association anticorruption : les conditions de la modification du PLU de la commune, qui a bénéficié à certains élus et à leurs proches.

Vinofutur : un nouveau média pour disséquer l’avenir du vignoble

Gel, intempéries, maladies... Alors que le vignoble français traverse une année particulièrement difficile, un nouveau journal nantais lève le nez du verre et s'intéresse à la manière dont les viticulteurs s'adaptent au changement climatique. Comment cultiveront-ils dans 50 ans ? Et que boirons-nous ? Vinofutur se penche sur l'avenir de la vigne et du vin.