L'hôtel de ville de la Limouzinière, au sud de Nantes. / Photo : site de la commune

Soupçons de conflit d’intérêts à la mairie de la Limouzinière, près de Nantes

Des terres agricoles requalifiées en terrains constructibles… Ce rêve de bien des propriétaires terriens est devenu réalité pour quelques habitants de la Limouzinière, une commune d'un peu plus de 2000 habitants au sud de Nantes, lors de la révision de son  plan local d’urbanisme (PLU), en mars 2020.

Le hic ? On compte parmi ces heureux élus, des conseillers municipaux ou des membres de leur famille. Un risque de conflit d’intérêts suffisant pour justifier la réaction d’Anticor 44. En juillet dernier, l’association de lutte contre la corruption en politique à fait parvenir un signalement au Procureur de la République de Nantes. Selon elle, trois membres du conseil municipal, dont le maire lui-même, aurait participé au vote du PLU, alors qu’eux-mêmes ou des membres de leur famille étaient concernés par le classement de leur terrain en zone constructible. L’un des conseillers municipaux visés par Anticor a même mis en vente deux terrains à la suite de cette révision du PLU au prix de 91 600 euros chacun.
Une révision qui tombe à pic
L’association anti-corruption a également signalé au Procureur un changement de destination de deux bâtiments agricoles, devenus, grâce au nouveau PLU, des lieux d’habitations. Des bâtiments qui appartiendraient là-aussi à un membre du conseil municipal. La loi est pourtant claire dans ce type de situation : pour éviter que ne soit constituée la redoutable infraction de prise illégale d’intérêts, de l’article 432-12 du Code pénal, la règle normale pour l’élu consiste à ne pas prendre part, même indirectement, même par pressions, aux délibérations.

Suite à ce signalement d . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).

Précédemment dans l'Oeil

Artificialisation des sols et politique foncière : l’étonnant revirement de Nantes Métropole

18 mois après l'avoir quitté pour éviter d'acquitter une taxe, la Métropole de Nantes devrait faire son retour au sein de l’Établissement public foncier de Loire-Atlantique. Une bonne nouvelle pour la lutte contre la bétonisation et « l’alliance des territoires », mais un aller-retour qui interroge et laisse des traces.

La Ville de Nantes va (enfin) rémunérer (un peu) les artistes plasticiens qu’elle expose

Présentée en conseil municipal vendredi 24 juin, une délibération prévoit de payer les peintres, sculpteurs et autres artistes lorsqu’ils exposent leurs œuvres dans un lieu d’exposition de la Ville.