Soupçons de conflit d’intérêts à la mairie de la Limouzinière, près de Nantes

Mairie-Limouziniere
L'hôtel de ville de la Limouzinière, au sud de Nantes. / Photo : site de la commune

Publié le

Temps de lecture : < 1

Favorite

Par Antony Torzec

Anticor44 a fait parvenir un signalement au procureur de la République de Nantes. Dans le collimateur de l'association anticorruption : les conditions de la modification du PLU de la commune, qui a bénéficié à certains élus et à leurs proches.

Des terres agricoles requalifiées en terrains constructibles… Ce rêve de bien des propriétaires terriens est devenu réalité pour quelques habitants de la Limouzinière, une commune d’un peu plus de 2000 habitants au sud de Nantes, lors de la révision de son  plan local d’urbanisme (PLU), en mars 2020.

Le hic ? On compte parmi ces heureux élus, des conseillers municipaux ou des membres de leur famille. Un risque de conflit d’intérêts suffisant pour justifier la réaction d’Anticor 44. En juillet dernier, l’association de lutte contre la corruption en politique à fait parvenir un signalement au Procureur de la République de Nantes. Selon elle, trois membres du conseil municipal, dont le maire lui‐même, aurait participé au vote du PLU, alors qu’eux-mêmes ou des membres de leur famille étaient concernés par le classement de leur terrain en zone constructible. L’un des conseillers municipaux visés par Anticor a même mis en vente deux terrains à la suite de cette révision du PLU au prix de 91 600 euros chacun.
Une révision qui tombe à pic
L’association anti‐corruption a également signalé au Procureur un changement de destination de deux bâtiments agricoles, devenus, grâce au nouveau PLU, des lieux d’habitations. Des bâtiments qui appartiendraient là‐aussi à un membre du conseil municipal. La loi est pourtant claire dans ce type de situation : pour éviter que ne soit constituée la redoutable infraction de prise illégale d’intérêts, de l’article 432–12 du Code pénal, la règle normale pour l’élu consiste à ne pas prendre part, même indirectement, même par pressions, aux délibérations.

Suite à ce signalement d …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement