La socialiste Nadia Pellefigue a présenté sa liste Une nouvelle énergie pour Toulouse vendredi 10 janvier : 36 femmes et 35 hommes, âgés de 21 à 78 ans, pour une moyenne d’âge de 47 ans. La moitié des colistiers sont engagés dans un parti politique (PS, PCF, PRG), comme le sénateur PS Claude Raynal (4e), le conseiller municipal communiste Pierre Lacaze (6e) ou le PRG Pierre-Nicolas Bapt (10e). Parmi les 36 issus de la société civile : l'ancien chanteur de Zebda, Magyd Cherfi (68e) vient rejoindre l’ancien joueur de rugby Michel Lacroix (2e) et Sandra Forgues (5e), médaille d’or aux jeux Olympiques d’Atlanta. La 66e place n’est pas encore attribuée. Elle sera occupée par un homme non membre d’un parti politique.

« Nous avons organisé le rassemblement le plus large de la gauche, même si nous l’aurions souhaité encore plus large », estime la vice-présidente de la Région Occitanie. En attendant le 2e tour et une éventuelle fusion avec les autres listes de gauche, Nadia Pellefigue revendique cette étiquette et attaque un maire sortant, qui, selon elle, n’assume pas d’être de droite et de mener une politique de droite.
Une liste qui fait grincer des dents
La présentation de la liste (PS-PCF-PRG) de Nadia Pellefigue a fait grincer des dents chez ses concurrents des autres listes de gauche. Du coté d'Archipel, on a sursauté en découvrant Françoise Cayla en 55e position. Ancienne directrice de l'observatoire régionale de la santé, cette jeune retraité était jusqu'à présent très active dans les rangs de la liste menée par Antoine Maurice. Le Dr Cayla a même fait partie des évaluateurs chargés . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !