Le maire de Flourens accusé de faire campagne sur les deniers de la commune

Le conseiller municipal de l’opposition Raphaël Langlais a adressé le 10 février une demande de recours par courrier recommandé au préfet de Haute-Garonne, concernant des actes - jugés déloyaux - du maire de Flourens Jean-Pierre Fouchou-Lapeyrade (ex-socialiste puis LREM et désormais sans étiquette). Il reproche à l’édile d’avoir annoncé sa candidature aux municipales lors de la traditionnelle cérémonie des vœux.

Un supposé mélange des genres dans cette petite commune de 2 000 habitants, où Jean-Pierre Fouchou-Lapeyrade a été élu en décembre 2018, lors d’élections partielles organisées à la suite de la démission de trois adjoints de la majorité et de plusieurs élus de l’opposition (dont l’ancien maire battu en 2014). Le nouveau maire avait alors repris le mandat de Claudette Faget, qui avait elle-même succédé en tant qu’adjointe, à Corinne Vignon (ex maire divers droite), lorsque cette dernière avait été élue députée LREM de la 3e circonscription de Toulouse en 2017.

« Eu égard au contenu de son discours lors des vœux publics, tenus le vendredi 17 janvier à la salle des fêtes de Flourens, il est de mon devoir - au nom de la démocratie et de l’équité électorale – de vous informer que Monsieur Fouchou-Lapeyrade a profité de cet événement public pour décliner le bilan de son année de mandat et annoncer officiellement sa candidature en tant que tête de liste aux prochaines élections municipales à Flourens (…) Il semble indéniable que Monsieur le Maire a fait campagne lors de cet événement entièrement financé par les deniers publics », dénonce dans sa lettre Raphaël Langlais, citant l’utilisation de la salle des fêtes . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Armelle Parion
Armelle Parion collabore avec Mediacités Toulouse depuis octobre 2018, enthousiaste d’avoir trouvé un média qui fait la part belle aux enquêtes. Correspondante pendant neuf ans pour le Parisien-Aujourd’hui en France, elle a aussi travaillé pour la radio (Radio France, Radio Solidaire) ainsi que des supports économiques (Touléco) et culturels (Lettre du spectacle).

Précédemment dans l'Oeil

La mairie veut expulser les occupants du pavillon Nanta

La mairie de Toulouse est revenue sur sa proposition de signer une convention de relogement avec les associations Abbé Pierre et à Droit au logement.

Les parents d’élèves de l’école privée et de l’école publique se disputent l’usage de la rue Merly

Cette rue étroite dessert une école maternelle publique et un lycée privé. Les parents de l'école publique voudraient la piétonniser à plein temps. Ceux de l'école privée préfèrent y circuler en voiture, avec le soutien de la mairie.