Le maire de Ramonville a-t-il voulu censurer son opposition ?

Christophe Lubac, maire sortant de Ramonville (Generation.s), a-t-il censuré les groupes d’opposition au conseil municipal ? Pour les élus Patrice Brot (LREM), chef de file du groupe Ramonville d’Avenir (6 élus sur 33), et Jean-Pierre Péricaud (EELV), chef de file du groupe Solidarité Écologie Démocratie (4 élus sur 33), le droit à s’exprimer des groupes minoritaires a en tous cas été entravé.  

À l'origine de leurs protestations, l’absence inhabituelle de tribunes politiques dans l’édition du 12 juin du bulletin municipal. Dans un mail envoyé le 19 juin, Jean-Pierre Péricaud a reproché au maire de ne pas l’avoir sollicité pour envoyer un texte, ni même prévenu en amont de cette publication et lui a dès lors demandé d'intégrer un texte de son groupe dans la version numérique. Même demande pressante de Patrice Brot. « Nous avons transmis, dès le 15 mai, le texte de notre groupe au service de communication de la commune. Sans réponse », regrette-t-il.

Des accusations balayées d’un revers de main par le maire. « Je n’ai jamais empêché l’opposition de publier une tribune dans le bulletin municipal », conteste Christophe Lubac qui dit ne pas avoir connaissance du mail de M. Brot. Et d’ajouter : « Si nous n’avons pas initialement publié de telles tribunes, c’est parce que notre directeur de cabinet n’a pas sollicité les groupes d’opposition. En effet, l’objet de cette édition était le déconfinement, sujet éloigné des considérations électorales. En outre, le groupe majoritaire a fait le choix depuis plusieurs mois de ne pas publier de tels textes, afin de . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Altice Médias rompt ses relations avec Vià Groupe

Le groupe Vià, propriétaire du réseau éponyme de chaînes de télévision locales, dont Vià Occitanie, vient d’annoncer le retrait d’Altice Médias du projet de création de BFM-Vià-Régions.

Un tiers des 100 000 arbres de Moudenc viendront du privé

Le maire de Toulouse espère que la sphère privée contribuera à hauteur de 20 000 arbres d'ici à 2026 pour réaliser sa promesse électorale.