Toulouse : un employé du groupe municipal majoritaire mis à pied après des propos homophobes

Screenshot_2020-06-26 EbbMVPrX0AE5ov8 (Image JPEG, 485 × 1024 pixels) – Redimensionnée (88%)

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Gael Cérez

À deux jours du 2e tour de l'élection municipale, un employé du groupe municipal majoritaire a insulté sur Facebook la tête de liste d'Archipel citoyen Antoine Maurice.

La campagne – déjà bruissante d’attaques aux relents homophobes – vient de franchir une nouvelle étape dans l’abject, à Toulouse. À deux jours du 2e tour de l'élection municipale, un collaborateur du groupe municipal majoritaire a insulté sur Facebook le colistier d'Archipel citoyen François Piquemal, et la tête de liste Antoine Maurice.

« A vomir aussi laid que ta tarlourze de tête de liste. Mazeltov pour les bons », écrit ainsi  publiquement sur son compte Laurent Conreur, dans la nuit du 25 au 26 juin, en réaction à un entretien de François Piquemal, publié sur Actu Toulouse.

L'intéressé, qui a dénoncé les propos sur son compte Twitter, les a découverts ce vendredi 26 juin en se levant. « Vers à 6h du matin, j’ai vu des messages privés dans ma messagerie Facebook écrit par ce monsieur Laurent Conreur que je ne connais pas. Ils étaient véhéments et virulents », explique-t-il ce midi à Mediacités

En se rendant sur le profil de son interlocuteur, François Piquemal tombe ensuite sur une publication insultante et homophobe. « Ce type de dérive est la conséquence de la campagne de caniveaux qu’a voulue et entretenue Monsieur Moudenc. Aujourd’hui, il y a des gens qui ne se retiennent plus. Tous les coups bas sont permis, y compris ceux qui sont passibles de condamnations en justice, comme c’est le cas ici, dénonce François Piquemal. Je note qu’il n’y aucune réaction de l’équipe de Moudenc depuis ce matin. Ils devraient condamner ces propos car même si cette personne ne travaille pas avec Monsieur Moudenc, il le soutient ardemment sur les réseaux. »

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment