Toulouse : un employé du groupe municipal majoritaire mis à pied après des propos homophobes

La campagne – déjà bruissante d’attaques aux relents homophobes – vient de franchir une nouvelle étape dans l’abject, à Toulouse. À deux jours du 2e tour de l'élection municipale, un collaborateur du groupe municipal majoritaire a insulté sur Facebook le colistier d'Archipel citoyen François Piquemal, et la tête de liste Antoine Maurice.

« A vomir aussi laid que ta tarlourze de tête de liste. Mazeltov pour les bons », écrit ainsi  publiquement sur son compte Laurent Conreur, dans la nuit du 25 au 26 juin, en réaction à un entretien de François Piquemal, publié sur Actu Toulouse.

L'intéressé, qui a dénoncé les propos sur son compte Twitter, les a découverts ce vendredi 26 juin en se levant. « Vers à 6h du matin, j’ai vu des messages privés dans ma messagerie Facebook écrit par ce monsieur Laurent Conreur que je ne connais pas. Ils étaient véhéments et virulents », explique-t-il ce midi à Mediacités

En se rendant sur le profil de son interlocuteur, François Piquemal tombe ensuite sur une publication insultante et homophobe. « Ce type de dérive est la conséquence de la campagne de caniveaux qu’a voulue et entretenue Monsieur Moudenc. Aujourd’hui, il y a des gens qui ne se retiennent plus. Tous les coups bas sont permis, y compris ceux qui sont passibles de condamnations en justice, comme c’est le cas ici, dénonce François Piquemal. Je note qu’il n’y aucune réaction de l’équipe de Moudenc depuis ce matin. Ils devraient condamner ces propos car même si cette personne ne travaille pas avec Monsieur Moudenc, il le soutient ardemment sur les réseaux. »

Un employé du groupe municipal majoritaire

Amis sur Facebook avec plusieurs colistiers de la liste Aimer Toulouse et élus de la majorité de Jean-Luc Moudenc Laurent Conreur se présente comme rédacteur pour la ville de Toulouse sur son compte Linkedin, et ancien journaliste à la Dépêche. Contactée, la Mairie affirme pourtant qu'il ne travaille pas au cabinet du maire et qu'il ne collabore pas à la rédaction du bulletin municipal. « C'est un employé du groupe de la majorité municipale Toulouse ensemble », précise le service de presse de la ville de Toulouse.

Ce que confirme le groupe Toulouse métropole dans un communiqué signé par Jean-Christophe Cheronnet, son secrétaire général : « La nuit dernière, l’un des employés du groupe a posté sur Facebook des propos à caractère homophobe. Cette publication est complètement inacceptable. Cet employé s’est vu notifier une mise à pied à titre conservatoire. Une procédure disciplinaire est engagée ».

Contactée par Mediacités, l'équipe de campagne de Jean-Luc Moudenc « prend acte » avec « consternation » de cette publication, la jugeant «désolante, nulle et maladroite ». Confirmant que Jean-Luc Moudenc ne s'exprimerait pas en l'état sur cet événement, Pierre Esplugas, le porte-parole d'Aimer Toulouse précise que « la mise à pied de l'intéressé a eu lieu en vue d'une procédure de licenciement ».

L'employé du groupe n'a pas répondu à nos sollicitations. Après avoir supprimé son message homophobe, il a publié des excuses pour ses « propos inacceptables »..

 

De son côté, la liste Archipel citoyen, « concentrée aujourd'hui sur d'autres impératifs », se réservait le droit, à la mi-journée, de porte l'affaire en justice. En fin d'après-midi, François Piquemal a finalement déposé plainte pour insulte publique.

Avatar de Gael Cérez
Nourrit sa curiosité en tant que journaliste depuis l'an deux mille quatorze. S'intéresse aux innombrables facettes de notre société. Rédacteur en chef de Mediacités à Toulouse depuis octobre 2019.

Précédemment dans l'Oeil

Mise à l’index de Mediacités : la mairie de Toulouse rétropédale

Interrogée par Le Journal Toulousain, la municipalité affirme à présent que son intention n'était pas de ne plus jamais répondre à Mediacités. Une volte-face maladroite... mais bienvenue !

A Toulouse, le groupe Archipel Citoyen se scinde en deux

Les 14 élus se divisent entre deux groupes et deux non-inscrits.