Annulation du PLUi-H de Toulouse : « Cela va dans le sens des projets de loi comme la loi climat »

Le tribunal administratif de Toulouse vient d'annuler le Plan local d'urbanisme intercommunal - habitat (PLUi-H) de Toulouse Métropole, voté en avril 2019.

Plusieurs arguments motivent cette décision. Le tribunal considère que les auteurs du PLUi-H ont surestimé la consommation d’espace passée et qu'ils ont surévalué les besoins fonciers résultant des prévisions économiques et démographiques. Il relève aussi que « l'objectif retenu pour la consommation future » a été présenté à tort comme une réduction du rythme de la consommation d’espace, alors qu'il induisait, « sans justification probante, une hausse du rythme de prélèvement d’espaces naturels, agricoles et forestiers par rapport à la décennie antérieure ».

Cependant, du fait des « conséquences manifestement excessives » de cette annulation, le tribunal a décidé de repousser sa mise en application pour le moment. « Pour l’instant, il n’y a pas de conséquence car les effets de l’annulation sont transitoirement différé, analyse Jean Courrech, avocat toulousain spécialisé en urbanisme. Mais cela ne va pas durer longtemps. Si le tribunal administratif considère que l’annulation doit être immédiate, le PLUi-H disparaîtra dans un mois et demi. Il peut aussi considérer qu’un différé est opportun pour donner à la Métropole le temps de finir des dossiers. Le document disparaîtra dans trois à six mois dans ce cas et on reviendra alors aux différents PLU antérieurs. »

Pour les opérations immobilières, la différence est importante. « Si on module dans le temps, le PLUi-H deviendra illégal à partir d . . .

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Avatar de Gael Cérez
Nourrit sa curiosité en tant que journaliste depuis l'an deux mille quatorze. S'intéresse aux innombrables facettes de notre société. Rédacteur en chef de Mediacités à Toulouse depuis octobre 2019.

Précédemment dans l'Oeil

Plus d’un milliard d’euros de dividendes : malgré le Covid, Vinci ne connaît pas la crise

Avec ou sans coronavirus, l'exploitation des autoroutes et des aéroports tire toujours les bénéfices du géant français du BTP. Des activités pour lesquelles ses filiales bénéficient d’aides publiques, via le chômage partiel, sans s’interdire parfois de licencier, comme à l’aéroport Lyon Saint-Exupéry.

La Dépêche du Midi désignée pour reprendre Vià Occitanie

L'offre d'Altice Médias - jugée juridiquement irrecevable, n'a pas été retenue par le tribunal de commerce de Nîmes.