L'écologiste Antoine Maurice est la tête de liste d'Archipel Citoyen. / GC

Antoine Maurice, pas assez connu pour Wikipédia

Par 18 avis contre 8, la communauté Wikipédia a décidé de supprimer la page d'Antoine Maurice, le candidat écologiste aux élections régionales en Occitanie. Raison invoquée : le non-respect des règles de notoriété concernant les personnalités publiques.

Pendant 14 jours, les contributeurs de cette encyclopédie collaborative ont débattu du sujet. « L'intéressé n'est ni parlementaire, ni maire d'une grande ville », assénait par exemple, une certaine Stephy31, favorable à la suppression de la page. « Pas de mandat justifiant une fiche, ni de notoriété démontrée. Cela sent plus le plan com' que le wikipédisme de bon aloi », ajoutait Madmike75, un autre Wikipédien. « Il est tête de liste aux régionales du mois de juin prochain, il fait l'objet chaque mois d'un article dans la presse régionale (L'Indépendant, La Tribune, La Dépêche) ou nationale (Le Point, L'Opinion la semaine dernière), il n'y a pas de raison que ça s'arrête demain. Les critères généraux seront remplis qu'il gagne ou qu'il perde », contre-argumentait un dénommé Arpitan. Peine perdue puisqu'une majorité s'est dégagée le 27 avril en faveur de la suppression de l'article.

La page d'Antoine Maurice posait un autre problème. « L'article a pu être rédigé par quelqu’un de manière rémunérée, relève Cédric Tarbouriech, un Wikipédien toulousain, interrogé par Mediacités . . .

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Avatar de Gael Cérez
Nourrit sa curiosité en tant que journaliste depuis l'an deux mille quatorze. S'intéresse aux innombrables facettes de notre société. Rédacteur en chef de Mediacités à Toulouse depuis octobre 2019.

Précédemment dans l'Oeil

Plus d’un milliard d’euros de dividendes : malgré le Covid, Vinci ne connaît pas la crise

Avec ou sans coronavirus, l'exploitation des autoroutes et des aéroports tire toujours les bénéfices du géant français du BTP. Des activités pour lesquelles ses filiales bénéficient d’aides publiques, via le chômage partiel, sans s’interdire parfois de licencier, comme à l’aéroport Lyon Saint-Exupéry.

La Dépêche du Midi désignée pour reprendre Vià Occitanie

L'offre d'Altice Médias - jugée juridiquement irrecevable, n'a pas été retenue par le tribunal de commerce de Nîmes.