Aurélien Pradié aux rapatriés d’Algérie : « Je vous ai compris ! »

Certains électeurs d’Occitanie ont reçu récemment à leur domicile une « lettre aux filles et fils d’Afrique du nord d’Occitanie » signée par Aurélien Pradié. Point commun à toutes ces personnes : elles sont nées en Afrique du Nord. À quelques jours du premier tour, le candidat Les Républicains aux élections régionales en Occitanie a - en toute légalité - épluché la liste électorale de Toulouse sur lesquelles figurent les adresses des électeurs et leur lieu de naissance, pour dire aux rapatriés d’Algérie, du Maroc et de la Tunisie que « votre histoire et celle de vos aînés est riche et respectable [sic] et sa reconnaissance est tout simplement la mémoire du cœur et de la vérité ».

De sa plus belle plume, il assure avoir « une pensée toute particulière pour nos compatriotes rapatriés d’Algérie ». Leur « exode » a été « un drame pour eux qui quittaient leur terre natale, et ce qu’elle représentait de labeurs, de sacrifices et d’amour pour quatre ou cinq générations parfois, leurs cimetières, les parents et amis dispersés ». Le candidat LR surligne en jaune ce passage : « Personne n’a le droit d’entacher votre passé. » Tout individu qui douterait des bienfaits de la colonisation trouvera donc Aurélien Pradié sur son chemin, qui promet : « Je combattrai demain celles et ceux, extrémistes politiques, qui veulent déconstruire notre Histoire. »

On se souvient que Georges Frêche, maire de Montpellier, puis président de la région Languedoc-Roussillon, n’avait pas son pareil pour courtiser les Pieds-noirs. Dans le même filon, Aurélien Pradié semble encore considérer les rapatriés d’Afrique du Nord comme un électorat spécifique, 59 ans après . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

Actions en justice : la mairie de Toulouse manque à son devoir de transparence

Quand une commune est impliquée dans une procédure judiciaire, elle doit le rendre public. À Toulouse, la mairie n’a pas respecté cette obligation réglementaire dans au moins 30 cas.

Le retour de Sandrine Mörch au journalisme fait des vagues à France Télévisions

Une phrase malheureuse de l'ex-députée de Haute-Garonne a provoqué l'ire du syndicat national des journalistes de la chaine publique que compte réintégrer Sandrine Mörch.