Cour d'appel de Toulouse vue depuis la place du Salin / © Guilhem Dorandeu

La justice toulousaine appelle à l’aide

C’est l’embouteillage dans les tribunaux toulousains. Au tribunal civil, cent affaires prêtes à être jugées n'ont pas de date d'audience fixée, faute de place sur le calendrier. C'est pire au tribunal correctionnel, où 1 157 dossiers attendent une date d'audience. La raison ? Un sous-effectif chronique et un manque de moyens hallucinant, aux dires des syndicats, alors que le nombre de justiciables croît chaque année dans la juridiction. « La population de Toulouse est passée de 860 000 habitants en 2010 à 1,4 million en 2020 », souligne une intersyndicale, unanime sur la situation.       

En théorie, le tribunal de Toulouse, cour d’appel et tribunal judiciaire compris, compte 345 fonctionnaires, 113 magistrats du siège et 36 magistrats du parquet. Un effectif insuffisant aux yeux des syndicats qui estiment qu’il faudrait entre 20 et 35 postes de fonctionnaires en plus, notamment aux greffes, pour rendre justice dans de bonnes conditions à Toulouse.

Qui plus est, les effectifs réels ne correspondent pas à ceux affichés. En pratique, la Cour d’appel de Toulouse ne compte que 55 postes de fonctionnaires sur les 70 prévus. De son côté, le tribunal judiciaire tourne avec seulement 255 postes fonctionnaires, au lieu des 275 théoriques. Comme nous le mentionnions . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

Actions en justice : la mairie de Toulouse manque à son devoir de transparence

Quand une commune est impliquée dans une procédure judiciaire, elle doit le rendre public. À Toulouse, la mairie n’a pas respecté cette obligation réglementaire dans au moins 30 cas.

Le retour de Sandrine Mörch au journalisme fait des vagues à France Télévisions

Une phrase malheureuse de l'ex-députée de Haute-Garonne a provoqué l'ire du syndicat national des journalistes de la chaine publique que compte réintégrer Sandrine Mörch.