La mairie de Toulouse va fermer le centre d’accueil de mineurs exilés pendant la trêve hivernale

ehpad tourelles
Le centre est situé dans l’ancien Ehpad des Tourelles, dans le quartier Lardenne à Toulouse. / Image : Google Earth

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Dorian Cabrol

Une centaine de mineurs isolés seront expulsés de l’ancien ehpad des Tourelles le 7 février prochain. Un lieu d’hébergement que la municipalité leur mettait jusqu’alors à disposition.

L’annonce a été faite le 25 janvier dernier via un courrier du Centre communal d’action sociale (CCAS), propriétaire du site, à la centaine de mineurs isolés non accompagnés hébergés à l’ancien Ehpad des Tourelles à Lardenne. Ils devront quitter les lieux le 7 février prochain.

La décision a pris de court les associations actives sur le site comme Médecins du Monde. « On s’étonne de ce choix et de sa rapidité, réagit Nicolas Puvis, coordinateur régional des actions mobiles de l’ONG. On avait eu une réunion en décembre dernier où l’on nous avait dit que les jeunes pouvaient rester jusqu’à la fin du mois d’avril. Tout se passe très vite. » Dans le courrier du CCAS, la mairie justifie sa décision par « l’existence d’incidents très violents tels que les événements qui ont eu lieu les 14 et 27 décembre 2021 ». « L’absence du respect du cadre d’accompagnement négocié nous amène à devoir mettre fin à ce dispositif » complète la municipalité en réponse à nos questions. 

Nicolas Puvis confirme ses épisodes tendus dus à certains résidents exclus par la suite. Mais pour lui, la majorité des jeunes hébergés « a subi ces situations et n’y est pour rien ». « Au lieu d’augmenter les effectifs pour les encadrer et assurer leur sécurité, la commune va fermer leur lieu d’hébergement. C’est la double peine », ajoute-t-il.

Les jeunes exilés hébergés sur les lieux ont tous en commun de ne pas avoir été reconnus comme mineurs par les services du Département de la Haute-Garonne, chargés de s’occuper des mineurs isolés non accompagnés. Ceux consid . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment