En bloquant le chantier Terra 2, des activistes veulent s’opposer à un futur centre logistique de type Amazon

Terra2 Blocage 2
Des activistes bloquent le chantier de Terra 2, à 20 minutes de Toulouse dans le Tarn. / Crédit photo Alain Pitton

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Gael Cérez

Une petite trentaine d'activistes ont bloqué les accès au chantier Terra 2. Situé à Saint-Sulpice-la-Pointe, dans le Tarn, à une vingtaine de minutes de Toulouse, ce projet doit accueillir un centre logistique « démesuré » selon ces associations environnementales.

Les travaux ont débuté la semaine dernière, mais ce jeudi matin, une petite trentaine d'activistes ont bloqué les accès au chantier Terra 2 dès 7h30. Situé à Saint-Sulpice-la-Pointe, dans le Tarn, à une vingtaine de minutes de Toulouse, ce projet doit accueillir un centre logistique long de 533 mètres sur 125 et haut de 14 mètres. Le bâtiment de 70 000 m2 sera équipé de 123 quais de chargement. 500 camions pourraient y charger des marchandises chaque jour pour desservir l'agglomération toulousaine, d'après les militants bloquant le site. Un flux qui pourrait s'élever « jusqu'à 3 000 poids lourds par jour selon les déclarations récentes de Jean-Marc Dumoulin, le président de la communauté de communes Val'Aïgo », s'alarme le collectif d'activistes dans son communiqué.     

Devant les portes du chantier barrées par une frêle palissade de palettes en bois, ces militants dénoncent la démesure d'un projet pensé pour répondre aux besoins d'Amazon. Car, bien que l'arrivée sur place du géant mondial de la logistique n'est pas confirmée, son nom est sur toutes les lèvres. « Les pouvoirs publics disent que cela va créer des emplois, mais cela va en détruire », relève Paul, un militant d'ANV Cop21 Toulouse, participant au blocage. « C'est même un ministre de Macron qui l'a dit », ajoute François un militant d'Attac. En novembre 2019, l’ancien secrétaire d’État Mounir Mahjoubi avait en effet . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment