Mineurs étrangers isolés et associations ont manifesté vendredi devant le Capitole. / Crédit photo Romuald Vuillemin

La mairie de Toulouse revient sur sa décision de fermer le centre d’accueil de mineurs exilés

Face à la mobilisation contre l'expulsion des mineurs étrangers isolés accueillis dans l'ancien Ehpad des Tourelles, la mairie de Toulouse vient de revenir sur sa décision.

Après la manifestation organisée vendredi devant le Capitole par les mineurs isolés et les associations les accompagnant, ces dernières ont contacté Daniel Rougé ce samedi matin pour connaître leur sort. L'adjoint au maire de Toulouse, chargé des politiques de solidarité et d’inclusion, n'a pas répondu lui-même, laissant la politesse à Nadège Grille, directrice générale du CCAS de Toulouse. Dans un courriel que nous avons pu consulter, celle-ci confirme « qu’il n’y aura pas d’expulsion conduisant à une mise à la rue le lundi 7 février ».

Si la nouvelle permet à la centaine de mineurs concernés et aux associations de souffler à court terme, elle ne les rassure pas tout à fait pour autant. La formulation ambiguë du courriel ne permet pas en effet de confirmer complètement la pérennité du centre d'accueil jusqu'à avril prochain. Une autre question reste sans réponse. « On ne comprend pas comment la mairie est passée d'une injonction d'expulsion le 25 janvier à cette décision aujourd'hui », remarque Marie, l'une des bénévoles de Médecin du Monde mobilisées. 

Les différentes associations doivent prochainement rencontrer la mairie, mais celle-ci souhaite que le Département et la préfecture participent au tour de table. La date de cette réunion n'est donc pas encore fixée . . .

En août, profitez de 15 jours pour lire cet article et tous les autres !


Précédemment dans l'Oeil

Les dix plus gros salaires de Toulouse Métropole en hausse de 6 %

Ces rémunérations ont augmenté de près de 500 euros brut par mois entre 2020 et 2021.

Actions en justice : la mairie de Toulouse manque à son devoir de transparence

Quand une commune est impliquée dans une procédure judiciaire, elle doit le rendre public. À Toulouse, la mairie n’a pas respecté cette obligation réglementaire dans au moins 30 cas.