La mairie de Toulouse revient sur sa décision de fermer le centre d’accueil de mineurs exilés

manif mineur isolé toulouse
Mineurs étrangers isolés et associations ont manifesté vendredi devant le Capitole. / Crédit photo Romuald Vuillemin

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : < 1

Par Gael Cérez

La centaine de mineurs ne sera finalement expulsée de l'ancien Ehpad des Tourelles en pleine trêve hivernale.

Face à la mobilisation contre l'expulsion des mineurs étrangers isolés accueillis dans l'ancien Ehpad des Tourelles, la mairie de Toulouse vient de revenir sur sa décision.

Après la manifestation organisée vendredi devant le Capitole par les mineurs isolés et les associations les accompagnant, ces dernières ont contacté Daniel Rougé ce samedi matin pour connaître leur sort. L'adjoint au maire de Toulouse, chargé des politiques de solidarité et d’inclusion, n'a pas répondu lui-même, laissant la politesse à Nadège Grille, directrice générale du CCAS de Toulouse. Dans un courriel que nous avons pu consulter, celle-ci confirme « qu’il n’y aura pas d’expulsion conduisant à une mise à la rue le lundi 7 février ».

Si la nouvelle permet à la centaine de mineurs concernés et aux associations de souffler à court terme, elle ne les rassure pas tout à fait pour autant. La formulation ambiguë du courriel ne permet pas en effet de confirmer complètement la pérennité du centre d'accueil jusqu'à avril prochain. Une autre question reste sans réponse. « On ne comprend pas comment la mairie est passée d'une injonction d'expulsion le 25 janvier à cette décision aujourd'hui », remarque Marie, l'une des bénévoles de Médecin du Monde mobilisées. 

Les différentes associations doivent prochainement rencontrer la mairie, mais celle-ci souhaite que le Département et la préfecture participent au tour de table. La date de cette réunion n'est donc pas encore fixée . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment