/ Crédit photo Gael Cérez

Airbus délocalise une centaine de postes toulousains au Portugal

Airbus prévoit de transférer 311 postes de fonctions support (ressources humaines et finances) de l’Allemagne, l’Espagne, l’Angleterre et la France vers le Portugal. Cette opération va engendrer la suppression de 122 postes en France entre 2023 et 2025, dans la quasi-totalité à Toulouse, selon la CGT Airbus. Airbus SAS Blagnac (8 555 salariés) va absorber la plupart de ces départs (seuls quatre postes sont concernés à Airbus opérations qui emploie 13 144 personnes).

Certains salariés seront mutés au Portugal, une partie sera réaffectée à Toulouse tandis que d’autres ne seront pas remplacés en cas de départ à la retraite, apprend-on de sources syndicales. La proportion de chaque catégorie n’a pas pour le moment été communiquée aux élus du personnel. Interrogée par Mediacités, la direction d’Airbus n’a pas répondu sur ce point. Les salariés qui accepteront de déménager à Lisbonne seront soumis aux conditions salariales d’Airbus Portugal. Ceux restant à Toulouse bénéficieront de formation pour « qu’ils puissent retrouver un poste et poursuivre leur carrière chez Airbus », apprécie la CFE-GCG.

Ce transfert fait suite à la décision d’Airbus de concentrer des fonctions supports au Portugal, où a été créée il y a un an Airbus GBS (pour Global business services), une filiale spécialisée dans ces activités. « L’aérospatiale est l’un des secteurs les plus dynamiques et les plus concurrentiels au monde, ce qui oblige Airbus à améliorer sans cesse son efficacité pour préserver sa position de leader sur le marché » , explique la direction du groupe aéronautique, aux yeux de laquelle « Lisbonne remplit toutes les conditions requises . . .

En août, profitez de 15 jours pour lire cet article et tous les autres !


Précédemment dans l'Oeil

Les dix plus gros salaires de Toulouse Métropole en hausse de 6 %

Ces rémunérations ont augmenté de près de 500 euros brut par mois entre 2020 et 2021.

Actions en justice : la mairie de Toulouse manque à son devoir de transparence

Quand une commune est impliquée dans une procédure judiciaire, elle doit le rendre public. À Toulouse, la mairie n’a pas respecté cette obligation réglementaire dans au moins 30 cas.