« Les enjeux du réchauffement climatique et de la pollution atmosphérique sont liés »

Contrairement à une idée reçue, la qualité de l'air s'améliore fortement depuis une trentaine d'années dans les métropoles françaises. Mais la hausse des températures risque d’aggraver les pics de pollution. Petit tour de la situation et des solutions avec la chimiste Isabelle Coll, spécialiste en sciences de l’atmosphère.

2022-08-qualite-air-metropoles-ameliore-isabelle-coll-03
Les émissions de dioxyde d’azote en France ont été réduites de 40 % et les émissions de particules fines de 40 à 50 % par rapport au début des années 2000. Mais on continue à observer des dépassements de seuils parfois à l’échelle de l’heure, de la journée ou de l’année. / Illustration : Pierre Leibovici.

Pollution atmosphérique rime souvent avec réchauffement climatique. Au point que certains les confondent parfois. Surtout l’été, quand les pics de pollution à l’ozone se multiplient. Mais c’est une erreur. Car la chaleur n’est qu’un des facteurs entrant dans le processus chimique à l’origine de ce polluant. Et les deux phénomènes sont loin d’évoluer toujours dans le même sens, notamment dans les villes.

Pour avoir une vision plus précise de la pollution de l’air, de ses origines, de ses conséquences et des solutions pour la juguler, Mediacités s'est entretenu avec Isabelle Coll, professeur de chimie et spécialiste des sciences de l’atmosphère à l’université Paris Est Créteil. Cette enseignante-chercheuse développe depuis 2014 une « modélisation urbaine intégrée et pluridisciplinaire, prenant en compte l’expansion urbaine, l’économie, les pratiques individuelles et collectives, les flux de trafic ainsi que les réseaux de transport, afin de simuler l’impact de l’activité urbaine sur les flux d’émissions de polluants, la qualité de l’air et l’exposition des citadins ».                     
Qu’est-ce que la pollution atmosphérique ?
Isabelle Coll : Quand on parle de pollution atmosphérique, on parle de concentration d’espèces chimiques dans l’atmosphère. Celle-ci dépend bien sûr des émissions, c'est à dire de ce qu’on rejette directement, mais aussi de la façon dont les polluants se dispersent ou se transforment en de nouveaux polluants sous l’effet de l’intensité lumineuse ou de la chaleur. Les concentrations - qu’on exprime en général en microgrammes par mètre cube - sont donc dépendantes de l’intensité et de la nature des activités polluantes mais aussi de dynamiques météorologiques. La pollution atmosphérique est la résultante de tous ces phénomènes, c’est pour ça que cette notion est complexe.
Quels sont les principaux polluants dans les zones urbaines ?
Dans les villes, on se focalise surtout sur deux types de polluants : le dioxyde d’azote et les particules fines. Le dioxyde d'azote (NO2) est un gaz issu de toutes les combustions. La limite règlementaire annuelle est de 40 microgrammes par mètre cube d’air. Cette valeur est souvent dépassée à proximité du trafic routier, ce qui a fait l’objet de contentieux entre la France et l’Union européenne. Le NO2 est un composé azoté (N) émis en permanence avec du monoxyde d’azote (NO). Ils se transforment l’un et l’autre en permanence et participent à la production d’ozone mais c’est le NO2 qui est surveillé pour sa dangerosité sanitaire.

Les particules fines sont des espèces de grains, liquides ou solides, en suspension dans l’air et excessivement petits (leur taille va du nanomètre au micromètre). Plus ils vieillissent, plus ils grossissent. Ils peuvent agréger des particules solides émises lors du frottement des freins d’un véhicule ; des particules de suie émises lors de la combustion ; de la poussière arrachée à la terre ; ou encore des composés chimiques gazeux, organiques, qui se sont oxydés et transformés. Deux classes de particules sont règlementées : les PM10 (inférieures à 10 microns) et les PM2,5 (inférieures à 2,5 microns). Ces dernières sont les plus dangereuses parce qu’elles peuvent pénétrer assez profondément dans notre système respiratoire jusqu’aux alvéoles pulmonaires. De là, elles peuvent libérer certains composés dans le sang et atteindre ainsi tous les organes.
Quels sont les autres polluants . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 13 minutes

Par Yves Adaken