Suite à notre enquête sur l'augmentation des dépenses de personnel de Lille, l'adjointe au maire au budget, Dominique Picault, s'est exprimée assez longuement en conseil municipal le 1er février, à la demande de Martine Aubry, en pointant un certain nombre d'erreurs ou de contresens que nous aurions commis. Nous avons lu son intervention avec toute l'attention qu'elle méritait. Voici ce que nous pouvons en dire, à notre tour. Les propos de Dominique Picault sont en gras.

« L’article fait mention d’un nombre de fonctionnaires s’élevant à 4 270 ; c’est une erreur puisque la Ville de Lille compte aujourd’hui en effectif permanent 4 030 ETP (équivalent temps plein) »

Le chiffre de 4 270 agents figure sur le site de la ville. L’organigramme officiel évoque « près de 4 500 agents » L’encore plus officiel compte administratif 2017 de Lille fait état quant à lui de 4268 permanents en 2017.

Un pointage qui ne comprend donc pas les effectifs non permanents, évalués vendredi par Dominique Picault à 840 ETP. Sans parler des chiffres du dernier rapport de la Chambre régionale des comptes qui sont encore différents... En vérité, la donnée est compliquée à suivre dans les grandes structures. C'est la raison pour laquelle nous avons centré notre enquête sur l'évolution de la masse salariale. Elle augmente d'année en année, la ville ne . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !