Où en est Agrotech, l’incubateur de start-ups d’Euratechnologies décentralisé à Willems ?

Un lieu quasiment vide, des soucis d’accessibilité et des promesses non tenues… Quand Mediacités dresse en octobre 2019 un premier bilan du campus d’Euratechnologies spécialisé dans l’agriculture connectée, ses perspectives paraissent très incertaines. Un an après, la structure incube davantage de jeunes pousses mais n'a pas réglé tous ses problèmes.

agrotech
Le site Agrotech de Willems. Photo: DR

«On est bien par rapport aux objectifs, même si ça pourrait toujours être mieux, évidemment. » Le directeur d’Euratechnologies, Raouti Chehih, se veut rassurant pour le site Agrotech de Willems, incubateur de start-ups spécialisé dans l’agriculture connectée, installé à une vingtaine de kilomètres du campus amiral lillois. Il y a un peu plus d’un an, lorsque nous l’avions rencontré à l’occasion du 10ème anniversaire du pôle d’innovation numérique de la Métropole de Lille, le doute planait. Au point qu’il nous révélait se « laisser quelques mois » avant de décider ou non d’arrêter ce projet d’essaimage, volontairement implanté en dehors de la ville centre, à proximité de champs cultivés.

https://www.mediacites.fr/enquete/lille/2019/10/11/start-ups-la-greffe-deuratechnologies-a-la-campagne-ne-prend-pas/

Pour une structure lancée en mars 2018, c'était la perspective d'une mort pour le moins prématurée. Mediacités est donc retourné voir comment Agrotech se portait. Bonne nouvelle : l’incubateur est toujours là, même s’il a un peu évolué. « Il n’y avait pas d’éléments négatifs au point de tout couper, justifie Raouti Chehih. Maintenant les signaux sont plutôt positifs. »
Davantage de jeunes pousses incubées
De fait, si certaines difficultés persistent, les chiffres sont plus encourageants qu’il y a un an. Et ce même si la crise sanitaire et ses conséquences sur l’activité sont passées par là. La session de mai n’a compté que trois projets. Mais la rentrée, en septembre dernier, a vu l’arrivée de neuf participants. « La mayonnaise prend ! », constate en voisin Philippe Pary, en charge d’une succursale de . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Romain Bizeul