Le Dragon de Calais essuie les flèches de la Chambre régionale des comptes

Le monstre mécanique cher à la maire de Calais, Natacha Bouchart, se retrouve dans le viseur des gendarmes des finances publiques locales. Leurs critiques sur le coût et les retombées économiques du projet confirment celles des deux enquêtes publiées par Mediacités sur le sujet.

Dragon Calais
Le Dragon de Calais. Photo: Clémence de Blasi

Lancé en novembre 2019, le Dragon de Calais a rencontré un vrai succès public et médiatique. Un « projet artistique et urbain de grande ampleur », selon la Chambre régionale des comptes (CRC) qui lui consacre tout un chapitre dans son dernier rapport à paraître sur la commune de Calais. Mais les éloges des magistrats s’arrêtent là. Car ils identifient plusieurs problèmes, pour la plupart déjà relevés par Mediacités dans deux enquêtes dédiées à l’animal mécanique.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Morgan Railane, Aletheia Press