Fac de médecine Lyon Sud : l’épreuve proposée par le professeur Freyer ne passe pas

En attendant le résultat de l’enquête du ministère de l’Enseignement supérieur sur les dérapages de Gilles Freyer, documentés par Mediacités, les enseignants et correcteurs pointent le manque de scientificité de l’épreuve proposée par le cancérologue aux étudiants de première année de faculté de médecine.

campus Lyon Sud 2
Sur le campus de la faculté de médecine Lyon Sud. Photo : NB/Mediacités.

Trois semaines après les révélations de Médiacités sur l’enseignement des sciences humaines à la faculté de médecine Lyon Sud, et alors que les conclusions de l’enquête ordonnée par Frédérique Vidal, Ministre de l'Enseignement supérieur, sont attendues d’un jour à l’autre, les choix pédagogiques de Gilles Freyer n’ont pas fini de faire polémique.

Cette fois, c’est le sujet de l’épreuve « Santé, Société, Humanité » (SSH) proposée le 13 mai dernier au concours 2019 de la Première année commune des études de santé (PACES) qui suscite le malaise. « On n’aurait jamais dû accepter de corriger ça » lâche amèrement l’un des correcteurs de l’épreuve 2019. Il s’en est d’ailleurs fallu de peu, comme le confirme un autre d’entre eux : « Avec plusieurs collègues, on s’est vraiment posé la question de quitter la salle, et puis on a réalisé que notre opposition ne ferait que pénaliser les étudiants ».
Une épreuve à la scientificité douteuse
En cause, un sujet (dont Mediacités publie une copie ci-dessous) sans aucun lien avec la médecine, mais surtout émaillé de connaissances scientifiques douteuses : « Le sujet porte sur la supposée bataille entre méthode syllabique et méthode globale dans l’apprentissage de la lecture : ceci est présenté comme une véritable controverse scientifique, alors que les chercheurs en sciences de l’éducation se battent depuis des années pour expliquer . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Béatrice Kammerer